AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 archives des communiqués

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 762
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: archives des communiqués   Sam 29 Avr - 5:34

Citation :
2010-03-28 15:07:45
Un inquisiteur pour enquêter sur l'excommunication de Kindjal
MONTAUBAN (AAP) - Le 22 mars, le cardinal Clodeweck, archevêque de Tours et chancelier de la Sainte Inquisition, a commissionné Odoacre, évêque de Périgueux, comme missus inquisitionus.

Ce dernier a été chargé de faire triompher «la claire et Sainte vérité au sujet de l'excommunication latae sententiae présumée de ladite Kindjal considérée comme telle par Monseigneur Bardieu évêque de Cahors». Son enquête n'a pas débuté dans la discrétion. Cinq jours après sa nomination, pour sa première action dans cette affaire, il a annoncé publiquement la convocation de l'évêque Bardieu, initiateur de l'excommunication contestée.

Kartouche, pour l'AAP

Sources :
-Déclaration du cardinal Clodeweck : http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=310044#310044
-Annonce d'Odoacre : http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=310997#310997

Citation :
2010-03-28 15:08:02
Montauban : inculpation de Kindjal pour trahison
MONTAUBAN (AAP) - Le 26 mars, la procureur de Guyenne Istar.333 a lancé un procès à l'encontre de Kindjal, la mairesse de Montauban. L'acte d'accusation qualifie la trahison.

La procureur reproche à l'accusée d'avoir refusé de se soumettre à l'autorité ducale et de placer le duché en danger par ses attitudes et ses actions. « Sa tolérance pour les hérétiques et son manque de volonté pour combattre cette menace dans son village [auraient] placé le duché dans une position délicate face à l'Église Officielle et [seraient] devenues une cause de tension diplomatique entre toutes les parties concernés ainsi que les duchés et comtés voisins. » En particulier, Istar.333 évoque la nomination de Sancte, réformé et opposant notoire à l'Église aristotélicienne, au poste de tribun, malgré la demande de révocation formulée par le duc de Guyenne, El_barto. En outre, elle argue que «ce geste représente l'acceptation de la présence du Lion de Juda et de l'AD, dans le village de Montauban et par conséquent dans le duché de Guyenne».

Deux jours auparavant, le 24 mars, Kindjal avait été réélue maire de Montauban, avec 60% des voix au premier tour. Au cours de la campagne, et consécutivement à l'excommunication constatée par l'évêque de Cahors Bardieu, cette dernière avait déclaré publiquement décliner la proposition de médiation offerte par Istar, qui incluait le retrait de sa candidature. Aucun communiqué n'était venu démentir l'existence de cette tentative de médiation.

Kartouche, pour l'AAP

Citation :
2010-03-26 12:29:03
Guyenne : promulgation d'un code maritime
BORDEAUX (AAP) - Le conseil a récemment promulgué le «Code maritime et portuaire du duché de Guyenne». Le texte, à peine publié, a déjà été critiqué par plusieurs notables et fait l'objet de nombreuses discussions, notamment dans le cadre de la campagne pour les élections ducales qui auront lieu dans six jours.

Le texte, daté du 18 mars et publié le 21, statue sur de nombreux points inhérents à la navigation. Il précise la composition de l'amirauté de Guyenne, chargée de contrôler l'application de ce code, qui comprend entre autres le commissaire au commerce, les chefs de port, le capitaine et le commissaire aux mines et aux grands travaux. Ce dernier est par ailleurs le seul habilité à donner à un navire étranger l'autorisation de relâcher dans un port guyennois. Le texte institue aussi la possibilité pour le duché de Guyenne de faire appel à un bâtiment privé pour faire la guerre, en lui octroyant une «lettre de course». Il définit aussi les prétentions territoriales maritimes de la Guyenne. Ces dernières s'étendent sur les eaux atteignables en deux jours de navigation depuis la côte guyennoise. Pour pouvoir y naviguer, tout bâtiment devra avoir été accrédité par le duché de Guyenne ou par une province alliée.

Ce code fait toutefois l'objet de nombreuses critiques, notamment au comptoir du porte-parole. Alexandre*, vicomte de Neyrac, reproche au texte d'être très mal rédigé, d'un peu tout mélanger et de ne créer que des obligations et aucun droit. Il constate ainsi qu'il est fait mention de règles touchant tantôt les bateaux guyennois, tantot les navires non guyennois, sans qu'il ne soit précisé ce qui s'applique dans un cas similaire aux navires étrangers respectivement autochtones. Il s'étonne aussi de ce que les chefs de port ne puissent donner eux-même l'autorisation de mouillage à un navire, et que seul le commissaire aux mines puisse le faire : il craint que les délais ne soient alors très long et que la navigation en Guyenne ne soit rendue inattrayante.

Maître Betoval, avocat au barreau de Guyenne, a lui aussi fait entendre quelques critiques à l'encontre de ce texte, reprenant en partie l'argumentation d'Alexandre*. Il s'étonne lui aussi que les chefs de port ne puissent autoriser eux-même le mouillage et explique que cette loi est un frein au commerce. Il énumère les diverses formalités administratives à remplir et autorisations à obtenir, estimant qu'elles sont très dissuasives et qu'il faut oublier «les rêves d'une Guyenne plaque tournante du commerce mondial entre l'Atlantique et la Méditerranée».

Elianor_de_Vergy, ancienne duchesse de Guyenne, s'élève elle aussi contre ce texte. Elle pointe l'inapplicabilité de la loi, conseillant d'ailleurs aux conseillers de se renseigner avant de légiférer sur un domaine aussi complexe. Elle explique ainsi qu'il est impossible de fouiller la cale d'un navire, d'en confisquer les biens ou bien d'en assigner le capitaine en justice, sanctions pourtant prévues par le code. Elle s'étonne aussi de la définition des «eaux océanes guyennoises», rappelant que le nombre de lieues parcourues en deux jours par un navire en haute mer est très variable.

Il faut noter par contre qu'aucune réaction favorable à ce code ne s'est fait entendre en public. Ce sera sans doute un des sujets majeurs de débats au conseil dans les semaines à venir, d'autant plus que la question a aussi été soulevée par Alexandre* dans la campagne pour les élections ducales pour laquelle trois listes concourent.

Kartouche, pour l'AAP

Citation :
2010-04-02 18:00:34
La Guyenne et le Poitou prennent leur bain ensemble.
Poitou (AAP) - Le Vingt-Deux Mars de l'an de grâce Mil Quatre Cent Cinquante Huit sous le règne de notre bon Roi Levan III de Normandie, Sa Grandeur Ventreachoux, Comte du Poitou et Sa Grâce El_Barto, Duc de Guyenne ont scellé un accord portant sur la construction d'un navire qui naviguerait sur la Garonne pour le compte de la Guyenne et du Poitou.Cet accord s'inscrit dans la volonté de l'Alliance du Ponant d'ouverture des voies maritimes et fluviales parmis ses alliés.

Soucieux d'exploiter les voies fluviales françaises, le Poitou a proposé la possibilité de construire à ses frais un bateau dans le port de Bordeaux. Le choix c'est porté sur un foncet, bateau dont les caractéristiques techniques permettent de remonter la Garonne et ainsi ouvrir au Poitou et à son allié de nouveaux marchés commerciaux.

La Guyenne, alliée du Poitou dans le Ponant, y trouve son compte en ayant aussi la possibilité d'exploiter le bateau, sans bourse déliée pour sa construction, mais néanmoins en partageant avec le Poitou les frais d'entretien et de réparation du navire. C'est aussi pour la Guyenne le moyen de former ses équipages à la navigation.

Après la traversée du premier navire poitevin entre la Rochelle-Bordeaux, voilà encore un signe de l’amitié entre la Guyenne et le Poitou notamment dans le domaine maritime et fluvial. C'est aussi la démonstration concrète des possibilités d'échanges qu'offre l'Alliance du Ponant.

Xedar, pour l'AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manoir.actifforum.com
Admin
Admin


Messages : 762
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: archives des communiqués   Sam 29 Avr - 5:42

Citation :
2010-04-09 13:14:02
Un vice-amiral français d'origine guyennaise
BORDEAUX (AAP) - Le vicomte Alexandre* Demessy-Montferrat a été nommé vice-amiral du couchant le 2 avril dernier par l'amiral de France Alcalnn, et rejoint ainsi la connétablie de France pour y prendre ses fonctions.

Alexandre* Demessy-Montferrat, vicomte de Nérac, seigneur de Pierre Buffière, est un citoyen guyennais et un ancien duc de Guyenne. Il possède le foncet "la Belle Hélène", et appartient à la "Compagnie Fluviale de Guyenne" qui s'adonne actuellement au transport par la Garonne.

Sa fonction de vice-amiral du couchant lui attribue le rôle de "veiller à ce que le commerce se fasse sans encombre sur les côtes et les fleuves" des provinces d'Anjou, du Bourbonnais-Auvergne, du Berry, de Gascogne, de Guyenne, du Limousin, du Périgord, du Poitou et de Touraine.

Le Chacal, pour l'AAP

Citation :
2010-04-12 16:15:22
La Guyenne envahie
Bordeaux (AAP) - L'armée rebelle toulousaine envahit la Guyenne.

Dimanche 11 avril, à l'aube, les défenseurs de Montauban ont eu la surprise de voir une armée non identifiée arriver aux portes de la ville et y monter le camp. D'après les premières informations, l'armée portant oriflamme blanc s'appellerait "Les Cavaliers Ailés" et serait dirigée par le commandant Xavierlaurent, que nos lecteurs connaissent plus sous le pseudonyme pepekaly ou encore kaly_du_bayet.

Cette armée viendrait de Toulouse, où elle avait été constituée suite à la destruction de l'armée du capitaine toulousain, messire Taliesin, détruite par les miliciens de la capitale toulousaine en essayant d'y pénétrer. Suite à quoi le conseil avait destitué le maire, ce qui n'avait pas eu l'heur de plaire au sieur xavierlaurent, qui aurait décidé d'assiéger la ville pour protester contre le renvoi du maire.

Cependant, au vu de l'arrivée de son armée aux portes de Montauban, on peut supposer que le chef de l'armée a décidé de changer ses plans, peut être pour se venger de la défaite qu'il avait subie à Marmande en octobre 1456, lorsqu'il avait voulu traverser la Guyenne pour aller attaquer le Poitou.

La réaction du conseil de Guyenne ne s'est pas faite attendre, puisque dans la matinée, la duchesse Melior a sommé l'armée ennemi de quitter la Guyenne sur le champ, sous peine sinon d'être détruite, d'autant que sur place se trouve déjà l'armée "L'Equator", dirigée par messire Nicolas__eymerich.

Netto, pour l'AAP

Citation :
2010-04-12 16:18:39
Combats à Montauban
Bordeaux (AAP) - Des combats ont eu lieu à Montauban dans la nuit du 8 au 9 avril.

Vendredi matin, c'est les mains pleines de sang que les soldats de l'armée "L'Equator" du commandant Archybald sont rentrés au fort de Montauban. En effet, durant la nuit, un accrochage a eu lieu avec un groupe de trois personnes, messires Delvian et Hagos, ainsi que dame Jeni.

L'issue de ce combat a vu les voyageurs repoussés en direction d'Agen, avec une des voyageuses, dame Jeni, grièvement blessée. Du côté de l'armée, le commandant Archybald, également blessé, a dû laisser la direction de l'armée à son second, le soldat Nicolas__Eymerich.

D'après la duchesse de Guyenne Melior, dame Jeni aurait été identifiée comme membre d'un groupe de brigands ayant sévi en Guyenne il y a quelques semaines, ce qui aurait justifié le traitement que lui a réservé l'armée guyennoise à son arrivée aux portes de la ville de Montauban.

Netto, pour l'AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manoir.actifforum.com
Admin
Admin


Messages : 762
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: archives des communiqués   Sam 29 Avr - 5:43

Citation :
2010-04-30 01:05:07
La revue des effectifs de fin de mandat du Capitaine Archybald.
Bordeaux (AAP) - Le 26 mars 1458, sur la grande place devant le château de l’Ombrière à Bordeaux, a eu lieu pour la deuxième fois de l'histoire de l'ost de Guyenne une grande « revue des effectifs de fin de mandat ».
En effet, pour marquer la fin du mandat du Conseil, les militaires de l’Ost ont eu la possibilité de parader, pour le plus grand plaisir des Guyennois ainsi que du duc El Barto, sous la houlette du Capitaine Archybald Hatzfeld de Louvelle. Les troupes ont rendu un dernier hommage à la population ainsi qu’au duc.

Notons au passage que cette revue était jusqu’alors accomplie dans l’enceinte du château du Hâ, dans une grande discrétion, qui ne permettait pas aux Guyennois, ou seulement à très peu d’entre eux, d'en connaître l’existence. L’armée était ainsi présentée au duc de Guyenne pour que ce dernier puisse en juger, sans que la population soit au courant.

Cette cérémonie nouvelle souligne la fin du mandat du Capitaine Archybald, qui a été marqué d’événements importants. D’importantes réformes ont été menées dans l’ost de Guyenne, bien que Messire Archybal, n’a pas été militaire par le passé. Ce dernier a su entreprendre des modifications au sein de l’ost importantes et primordiales pour que la Guyenne se mettre au niveau de ses voisins en matière militaire.

Dès son arrivée suite à son élection, il a pu faire un état des lieux et modifier le système de communication et de formation de l’ost, ainsi que la réforme du Codex. Il a également augmenté la capacité de l’ost à recruter. Pour le capitaine Archybald, c’est le manque de temps qui l’aura empêché de réaliser entièrement son programme.

Grâce à la confiance du duc El Barto ainsi que celle de la population de Guyenne, le capitaine a pu faire le travail pour lequel il avait été mandaté.
Un grand nombre de militaires, ainsi que des personnalités locales, se disent satisfaites du travail réalisé. Et, pour l’occasion, il a été possible de recueillir les propos suivants auprès de la population :

TEMOIGNAGES :

Messire Kadfael - maire de Bordeaux

« Je tiens simplement à saluer l'excellent travail de l'équipe en cours» -

Maestre Betoval, avocat au barreau de Guyenne et avocat du Dragon.

« Je me joins au maire de Bordeaux pour saluer le mandat du Duc El Barto qui a su mener la Guyenne malgré une situation difficile. […] Mais en particulier le renouveau de l'Ost qui semble prendre forme est une avancée majeure, une bonne alchimie entre un Duc et le capitaine, tous deux motivés sur la question a permis de faire sortir notre armée du marasme où elle était depuis des mois, que dis je, des années. »

Lieutenant Maëlis_de_tourraine de l’Ost de Guyenne

« Seulement trois officiers m'ont marqué de manière positive au cours de ma carrière militaire, et le capitaine en fait parti » Lieutenant Maëlis_de_tourraine de l’Ost de Guyenne

Sergent chef Bryllant de l’Ost de Guyenne (anciennement militaire de l’ost du Languedoc).

« Si je me réfère aux différents capitaines que j'ai eu en Languedoc, oui, il a été un bon capitaine. Il était à l'écoute de ses soldats, il a demandé leur avis, il a écouté leurs propositions. Il a apporté beaucoup à l'ost, il lui a redonné un statut qu'il avait perdu et grâce à lui, l'ost s'est remplie ».


Rappelons que la nomination d’Archybald a été sujette à controverse et a entrainé la démission du prévôt Alexandre* le 21 février 1458 qui déclarait, je cite :

«Lors des dernières élections ducales "Avenir Pour la Guyenne" avait décidé de porter ses voix vers la tête de liste "Prospérité pour la Guyenne" les valeurs et les objectifs semblaient être partagés, ce n'est visiblement plus le cas. »

En conséquence ce dernier avait décidé :

« J'ai donc décidé de quitter mes fonctions de Prévôt au conseil, refusant ainsi de renier les valeurs qui sont les miennes pour on ne sait quelle cause. »

Par la suite, il évoquait en place publique, l’appartenance du Capitaine Archybald à l’Advocatus Diaboli, organisation excommuniée par le cardinal Clodeweck :

« Vous savez l'AD dont fait parti le Capitaine... »

Le même Alexandre* s’était ensuite expliqué verbalement avec le Capitaine à propos d’une lance présente à Moutauban non réglementaire :

« Mais dites moi si je comprends bien vous venez au secours des Lions de Juda (NDLR : organisation excommuniée) contre un Noble de Guyenne.... »

Le procureur de Guyenne, demoiselle Istar.333, nous a témoigné par courrier également que :

« Archybald, il a fait son travail de capitaine mais pas de là à dire que c'était un travail exceptionnelle et qui se démarque de tous les autres capitaines que l'histoire de l'OST. » Elle précise également, qu’il n'a fait l’objet d’aucune plainte.

Egradas, pour l'AAP

Citation :
2010-05-02 16:18:31
Entretien avec le vicomte de Blanquefort
Bordeaux (AAP) – Le duché de Guyenne est défendu par trois armées, dont une privée. l'AAP est donc partie à la rencontre des commandants de cette armée privée : Volens Nolens!

Le territoire de la Guyenne est défendu par deux armées : Veneratio Vel Nex et l'Equator, dirigées respectivement par le capitaine Hull19 et le caporal Nicolas__eymerich de Tramecourt, tous deux soldats de l'ost de Guyenne. Mais à ce dispositif défensif est venu se rajouter il y a quelques semaines l'armée Volens Nolens!, dirigée par le vicomte de Blanquefort, Garzim Hyrglas – dict Garzimlebo – ainsi que son épouse, la baronne Isambre de Luzech. Ils ont aimablement accepté de répondre aux questions d'un membre guyennois de l'AAP, afin d'éclaircir la situation de cette armée privée mais néanmoins au service de la Guyenne.

AAP : Le nom de votre armée est bien mystérieux, pouvez vous en expliquer son sens ?

Garzimlebo : "Volens Nolens" signifie en latin "Qu’on le veuille ou non". Je vous laisse interpréter à votre guise la signification de ce nom que nous avons volontairement souhaité ambigu et à multiples sens.

*Sourire complice des deux époux*

AAP : La création de votre armée coincide avec la publication d'une nouvelle charte de la noblesse guyennoise en mars 1458, dans laquelle est affirmé le droit des feudataires guyennois à posséder leur propre armée. Pourtant, ce droit avait déjà été affirmé dans un texte antérieur mais méconnu. Avez vous attendu une reconnaissance plus récente de ce droit ou est une simple coincidence ?

Garzimlebo : Simple coïncidence en effet. Nous aspirons depuis maintenant quelques temps à armer Blanquefort afin de protéger nos terres. C’est parce que nous avons souhaité posséder les moyens pécuniers et logistiques nécessaires, au préalable, à la constitution de cette armée que notre projet n’a pas été mené à bien auparavant.

Isambre : Nous savons, pour avoir tous deux dirigés les armées de Guyenne, qu'il est préférable d'avoir les reins solides avant de lancer ce types d’opérations.

AAP : A l'heure actuelle, alors que le commandement d'une armée par un hétérodoxe suscite bien des commentaires et des critiques, on peut légitimement penser que celui d'un civil, bien qu'il soit un vicomte guyennois, peut aussi susciter bien des interrogations quant au but que vous poursuivez. Alors, doit on s'attendre à une croisade contre des hérétiques ? A l'invasion d'un territoire voisin ? Ou avez vous comme unique but la défense de votre duché ?

Garzimlebo : "Conquérir le monde"... Voilà ce que je réponds depuis des mois à ceux que j'entretiens de nos projets lorsqu'ils me demandent "pourquoi ?". Vous avez donc votre réponse sénher Netto.

Je pense que nous commencerons humblement, par le plus proche. Il faut savoir rester pragmatique. Une fois Bordeaux, l'Ombrière et la Guyenne annexés, il sera temps de décider d'une stratégie plus poussée. Le monde est vaste.

*sourires*

Isambre : 'Volens nolens!' est une armée privée, pas une armée ducale. Elle est néanmoins l'armée des vicomtes de Blanquefort, vassaux de Guyenne. Et nous avons démontré par le passé, notre profond engagement dans la défense de ce duché.

'Volens nolens!' est une armée dont le champ d’action se situe logiquement aux alentours de Bordeaux, dans les environs immédiat de la Vicomté de Blanquefort. Nous avons d'ailleurs soumis une proposition au Conseil Ducal par l'intermédiaire de la Duchesse et du Capitaine de Guyenne, visant à joindre nos efforts et nos moyens pour la défense de la capitale guyennoise.

Garzimlebo : Pour l'heure, Blanquefort ne porte aucun regard vers les contrées voisines, hormis nos alliés du Ponant bien sûr.

La question religieuse nous touche de très près, puisque j'ai moi-même entériné le Concordat liant notre duché à l'Église Aristotélicienne lors de mon second mandat. La destinée spirituelle de la Guyenne nous a toujours paru sujet grave, cela n'a pas changé jusqu'à ce jour. Nul doute que nous saurions prendre nos responsabilités à l'avenir si cela devenait nécessaire.

AAP : Avez-vous menti à la question précédente ?

Garzimlebo : Certainement. Un peu, sans doute. Je crois. C'est important ?

*sourire narquois*

AAP : Vicomte, vous avez été sénéchal de l'Ost de Guyenne il y a quelques années. Cette armée est elle le signe d'un retour progressif au sein de l'ost ?

Garzimlebo : La vicomtesse est elle aussi une "ancienne de l'Ost". Elle a été le premier Commandant de Guyenne (il n'y avait "que" des Maitre de Camp auparavant, comme c'est à nouveau le cas depuis peu), et capitaine sous ma propre régence, au printemps dernier.
Le sieur Archybald, encore récemment commandant de l'armée ducale 'L'Equator', nous avait abordé en ce sens lorsqu'il était encore Capitaine. Il s'agissait là de recruter parmi la noblesse, mais nous n'avons pas pu achever nos débats, le temps manquant.

Un retour dans cette institution d'importance, souvent encore méconnue et méjugée des Guyennois, n'est pas à exclure. Mais ce n'est pas à l'ordre du jour.

L'Ost se renforce, pour la première fois depuis longtemps. Viendra bientôt le temps de former ses officiers, peu nombreux et par la force des choses inexpérimentés pour la plupart. Espérons que les autorités militaires d'alors seront moins obtuses que certaines du passées dont la Guyenne eut à souffrir, et que l'impérieuse nécessité de doter nos forces militaires de cadres compétents sera entendue. Le concours de "conseillers militaires" guyennois ou alliés sera, de mon point de vue, à rechercher.

AAP : Et bien merci d'avoir répondu aux questions de l'AAP, gageons que les lecteurs les plus inquiets seront rassurés.

Garzimlebo et Isambre : C'est nous qui vous remercions d'être venus nous voir à Blanquefort.

Netto, pour l'AAP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manoir.actifforum.com
Admin
Admin


Messages : 762
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: archives des communiqués   Sam 29 Avr - 5:44

Citation :
2010-05-11 16:53:55
Un nouveau chancelier en Guyenne
Bordeaux (AAP) - Un nouveau chancelier a été nommé en Guyenne.

Nommé début juillet 1457 par le duc Garzim Hyrglas, dict Garzimlebo, son excellence le chancelier de Guyenne Mac Givré, c'est à dire le chef de l'ambassade de Guyenne, vient de prendre sa retraite après presque 10 mois à la tête de l'institution. Rappelons qu'il avait lui même succédé à son excellence Mischmetal2.

Dans sa lettre de démission, il avait recommandé au conseil son excellence Zorgl Adventac pour prendre sa succession, choix entériné par la duchesse Mélior qui l'a donc nommée nouvelle chancelière de Guyenne. Elle était rentrée à l'ambassade en septembre 1457 en tant qu'assistante diplomatique, avant de devenir ambassadrice au Languedoc en janvier dernier.

Dans la foulée, la nouvelle chancelière en a profité pour réviser la charte de la chancellerie et en publier une nouvelle début mai.

Netto, pour l'AAP

Citation :
2010-05-03 19:37:04
Retour de l'équipe de soule montalbanaise
Bordeaux (AAP) - La célèbre équipe des tigres de Montauban revient.

Fin Avril 1458, le vicomte Lachainep de Noaillan, ancien capitaine de l'équipe de soule des Tigres de Montauban a annoncé son intention de reconstituer l'équipe, qui avait été active de nombreuses années durant, allant même jusqu'à participer à la coupe royale et à affronter les meilleures équipes françaises. En quelques jours, il avait fini son recrutement, prenant aussi bien des anciens joueurs que des débutants, ce que l'on constate en regardant la liste des joueurs, qui vient à peine d'être dévoilée.

1: Archybald Hartzfeld de Louvelle
2: Monseigneur Bender.b.rodriguez
3: Emi4218
4:Maelis_de_Touraine
5: Alex le francais
6: Yvain Chilperic de Lioure
7: Zorgl
8: Ayanah
9: Lachainep de Noaillan
10: Leprincedelabocca
11: Fantik37 de Cambes

Une équipe en apparence solide, qui compte un prêtre, de nombreux soldats et membres de la prévôté, mais aussi des paysans.D'ailleurs, un match contre l'équipe de Lectoure ( Armagnac) est prévu pour le lundi 3 mai. Les supporters préparent déjà le picon flambé, la boisson qui permet aux tigres d'être si forts parait-il.

Netto, pour l'AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manoir.actifforum.com
Admin
Admin


Messages : 762
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: archives des communiqués   Sam 29 Avr - 7:11


Citation :
MONTAUBAN (AAP) - Le 24 juin, Sancte a été élu maire de Montauban, en Guyenne. L'AAP s'est entretenue avec cet homme curieux : réformé, frappé d'interdit, sicaire du Lion de Juda et meneur d'une compagnie de mercenaires.

AAP : Messer Sancte, merci d'accorder cette entrevue à l'AAP. Vous avez été élu maire de Montauban il y a une semaine, le 24 juin, au terme d'une campagne agitée. Vous êtes un Montalbanais actif dans la cité, vous y avez notamment été tribun et vous vous occupez du cadastre. Le poste de maire, c'était une suite logique prévue de longue date, ou bien un coup de tête ?

Sancte : *prend le temps de la réflexion*
Pour être tout à fait franc avec vous, même si je me suis toujours senti viscéralement attaché à ma cité, j'avais jusque-là catégoriquement refusé, malgré de nombreuses sollicitations et encouragements, de me présenter aux élections municipales. J'avais une compagnie de mercenaires à diriger et comme vous le savez, je tenais à me consacrer à la Réforme. Néanmoins, l'acharnement contre ma personne alors que j'étais tribun, doublé du fait que les provinces frileuses ne souhaitaient plus nous engager en raison de notre foi réformée, m'a sans doute incité à montrer à certains détracteurs que ma place au poste de tribun auprès des Montalbanais était parfaitement légitime. En me faisant élire en tant que maire, je tenais à démontrer à ces personnes que je n'usurpais pas la confiance que l'on m'avait octroyé. A première vue donc, pour répondre à votre question, ce fut un coup de tête. Mais peut-être y étais-je prédestiné... C'est une éventualité que je n'exclus pas.

AAP : La campagne fut agitée. Le cardinal Clodeweck a proclamé votre excommunication le 11 juin -étiez-vous alors déjà en campagne ?- ; le primat Aurélien l'a rappelé le 16 à la suite d'un article que l'agence a fait paraître, n'oubliant pas de mentionner que quiconque vous suivrait serait excommunié de fait ; la duchesse Sophie vous a invité à retirer de votre programme les points religieux sur lesquels le maire n'a aucune influence. Y a-t-il eu dans cette campagne un véritable débat d'idées politiques, ou bien n'était-ce qu'un grande dispute religieuse ?

Sancte : *esquisse un léger sourire*
Je n'étais pas encore en campagne, mais j'avais déjà prévu de me présenter à mon retour. Sans doute l'information aura-t-elle été éventée et fidèles à leur habitude, ces gens là auront cherché à me déstabiliser et à insuffler la méfiance dans l'esprit de mon électorat. Mais le fait est que je n'ai jamais caché mon excommunication, et moins encore la nature de ma confession. Aussi, je pense que ces annonces tapageuses n'ont eu qu'un effet assez limité. Pour répondre à votre dernière question, il n'y a pas eu de réel débat politique avec mon opposant, même si nous divergions sur de nombreux points, sur la question du bois notamment. Seulement le contexte a fait qu'en Guyenne, on y a vu avant tout une opposition religieuse, entre un aristotélicien romain et un huguenot, malgré le fait que le Senher Lachainep n'ait jamais été un papiste très zélé.

AAP : Justement, en ce qui concerne cette excommunication. Le cardinal chancelier de l'Inquisition, Clodeweck, déclare que «toute personne s'associant à [vous] dans des listes, groupes, association etc., toute personne obéissant ou suivant [vos] directives sera excommuniée latae sententiae, autrement dit par la simple commission du fait.» Cela inclut, en théorie, toute personne qui travaillerait pour vous à la mairie, voire même tout citoyen qui se soumettrait à un décret que vous auriez édicté. Cela fait-il peur à vos concitoyens ? Sont-ils nombreux à refuser de servir la mairie ou d'obéir aux lois que vous avez promulguées depuis le début de votre mandat ?

Sancte : Oui et croyez bien que j'en ai informé le précédent conseil municipal. Deux d'entre eux m'ont remis leur démission, des intimes du maire sortant. Les autres semblent s'en contrefoutre. Après, quant à savoir si cette fameuse excommunication latae sententiae s'applique à mes administrés, j'avoue que ce n'est absolument pas de mon ressort, mais celui de l'Eglise. S'il lui agrée d'excommunier les Montalbanais à tire-larigot, grand bien lui fasse. Je doute fort honnêtement que cela intimide les hommes de la bourgade dont j'ai la charge, qui ne sont en rien des petites lopettes aptes à se laisser rudoyer sans réagir. Pour ma part, je n'ai pour le moment constaté aucune obstruction à mon autorité en notre bonne ville de Montauban, ce qui est la marque d'un profond respect pour la souveraineté populaire et je ne peux que m'en féliciter.

AAP : On aurait pu, toutefois, s'attendre à quelques échauffourées, notamment suite aux injonctions de l'évêque de Cahors, Bardieu. Suite à votre élection, ce dernier a ainsi appelé à la révolte populaire, puis quelques jours plus tard, il a même mis votre tête à prix, pour 600 écus. Ces appels ont-ils eu des conséquences concrètes ? Avez-vous eu à souffrir de menaces ou de tentatives de révolte ?

Sancte : Pour le moment, suite à cette mise à prix, aucun chasseur de primes ou coupeur de tête n'est venu me menacer de quelque façon que ce soit. Quant aux éventuelles tentatives de révolte ou de renversement du pouvoir, je m'en remets totalement à l'efficacité et à la compétence de la prévôté et de l'ost de Guyenne, chargés d'assurer la sécurité de nos cités. En ce qui me concerne, plutôt que de traquer d'éventuels mutins qui se font griller des saucisses dans les bois en ruminant contre les partisans de la réformation de la foi, je préfère me charger de ce pourquoi j'ai été élu, à savoir l'administration de ma bonne ville. Malgré le contexte, il est primordial, je pense, de savoir conserver la tête froide et de ne jamais perdre de vue le sens des priorités.

AAP : Vous semblez considérer avoir donc le soutien plein et entier des autorités de Guyenne ? Il ne serait donc pas envisageable, selon vous, qu'elles laissent passer avec bienveillance une révolte qui vous destituerait ?

Sancte : Je doute que les autorités de Guyenne perçoivent mon élection d'un oeil avenant. Non pas parce qu'ils doutent de ma capacité à assumer le poste, mais certainement parce qu'elle ne peut qu'engendrer de nouvelles polémiques religieuses dont la plupart en ont par dessus la tête. Pour rester poli. Néanmoins, il faut se rappeler que les conseillers de Guyenne ont prêté serment. Ce duché est régi par des lois et mon élection est parfaitement légale. De plus, comment voudriez-vous expliquer à la majorité des Montalbanais qu'ils n'ont pas le droit de choisir le représentant qu'ils souhaitent pour les administrer ? Faudrait-il leur dire qu'ils ne "savent" pas voter ? Qu'ils ne votent pas "bien" ? Voyez comme c'est délicat.
Alors si ma victoire ne fait sans doute pas plaisir au Conseil Ducal, je le sais suffisamment avisé et responsable pour ne pas aller à l'encontre de la volonté des électeurs. Il y a eu élection, les Montalbanais ont tranché, les urnes sont souveraines, et de cela, il n'y a rien à en redire.

AAP : Votre passé et vos accointances ont fait l'objet d'attaques plus ou moins honorables. Vous êtes, Sancte, aristotélicien réformé, d'une part, mais aussi sicaire du Lion de Juda. Vous avez participé à la guerre entre Genève et le Béarn, à titre de mercenaire pour la cité lémanique : on vous a accusé de n'être qu'un vulgaire pillard. Vous avez, plus récemment, été partie prenante d'un combat avec une ancienne comtesse toulousaine ; certains vous ont ainsi reproché d'être allé attaquer un voisin de la Guyenne puis d'être venu vous réfugier à Montauban. Le Lion, finalement, est connu aussi pour ses activités qui outrepassent bien souvent les limites fixées par la loi, qu'on parle de racket ou d'impôt léonin, selon le camp dans lequel on se situe. Que répondez-vous à cela ? Êtes-vous un criminel ?

Sancte : Tout dépend de la valeur que l'on accorde au mot criminel. Je me définis comme un Montalbanais pur sang, donc originaire de Guyenne, et aristotélicien réformé convaincu. Si la défense de ma ville, des intérêts de mon duché, et de la pureté de ma foi me poussent à transgresser la loi, en ce cas on peut effectivement me considérer comme un criminel, même si comme vous le savez sans doute, je ne compte à mon actif que des condamnations mineures, pour ne pas dire dérisoires. Seulement je ne vous apprendrai rien en affirmant qu'il est de ces lois bien plus scélérates que la pire des canailles. Ce n'est pas faire acte de populisme que de le dire : je voue une haine viscérale aux lois qui affirment protéger le peuple en se substituant à sa souveraineté, ce qui au fond est une infâme méthode destinée à disqualifier une opposition à laquelle on n'ose se frotter. La plupart des concordats entrent dans cette catégorie-là. A terme, leur disparition progressive me semble inéluctable, du moins en ce qui concerne les législations électorales.

AAP : Bien, cela est clair. Votre programme proposait plusieurs idées peu communes. La première, qui est déjà promulguée, est l'interdiction de vendre de la bière à moins de 1 écu. Comment le peuple réagit-il ?

Sancte : La taverne la plus populaire de la commune (i.e. La Flamboyante) affichait déjà ce tarif pour les consommations alcoolisées. L'annonce n'a donc pas excessivement choqué, même si elle suscite un brin d'étonnement chez les visiteurs étrangers, habitués à se pinter la gueule de façon moins onéreuse.

AAP : Un autre point de votre programme était la gestion du patrimoine forestier. Dans votre programme, vous annonciez votre intention de faire payer une taxe aux étrangers utilisant une hache municipale. Aujourd'hui, vous allez même plus loin, en annonçant que la mairie ne prêtera prochainement plus de hache, et que les bûcherons devront en acquérir à leurs frais ? Cela ne risque-t-il pas d'asphyxier la filière forestière ?

Sancte : Le risque existe et si les choses devaient tourner au désavantage de Montauban, il serait toujours temps de revenir en arrière. Dans l'exercice de la politique, il y a toujours une grande part d'expérimentation. Néanmoins, plusieurs choses me poussent à l'optimisme sur le succès d'une telle opération :
- Les haches personnelles rapportent au bûcheron un stère supplémentaire par jour et il peut s'y rendre à tout moment de la journée sans craindre de pénurie.
- Le fait que la mairie se défausse des coûts d'entretien lui permettra de racheter les dits stères plus chers, en rognant donc sur ses marges.
- La Mairie s'engage à racheter quotidiennement les haches émoussées afin que les victimes de ces désagréments puissent en acquérir une autre au plus vite.
Enfin, ma position particulière de chef mercenaire fait que si la Mairie de Montauban devait avoir à mobiliser une petite escouade de bûcherons, croyez bien que je saurais sur qui compter en la matière. *se fend d'un léger sourire*

AAP : Une autre proposition, qui est en cours d'application, est l'exonération de l'impôt municipal pour les soldats de l'ost de Guyenne. Pourriez-vous expliquer en deux mots comment cela fonctionne exactement ? Quelles sont les réactions des responsables militaires ?

Sancte : Le Décret de solidarité par le sang versé est entré en vigueur tout récemment. Il consiste à reverser l'intégralité des impôts communaux des soldats montalbanais sur un fond géré par le plus haut gradé de la garnison, et dont l'utilisation sera placée sous sa responsabilité. En recevant cette distribution, ce dernier s'engage à faire preuve de transparence à la fois auprès de la mairie et de ses effectifs. Ces fonds serviront à équiper les soldats, à constituer une réserve de vivres, à distribuer des primes aux soldats méritants, à rémunérer des volontaires, à soudoyer des indicateurs, à payer des putains pour déniaiser les puceaux qui se cachent dans les rangs ou a dédommager nos soldats qui se font malencontreusement dévaliser sur les routes, bref selon le bon vouloir de l'officier en charge. En ce qui concerne les réactions des autorités militaires, je n'en ai pas reçu. Tout juste le juge de Guyenne, qui est aussi soldat, m'a-t-il affirmé qu'il approuvait l'initiative.

AAP : Ces trois points dont déjà plus ou moins appliqués. Restent deux éléments d'importance qui sont appelés à se réaliser à l'avenir, selon votre programme. Le premier est le "jour des humbles", qui a fait la réputation de Genève. Un jour par semaine, les emplois à la mairie seront réservés aux va-nu-pieds et paysans, les artisans et notables devant se contenter de la mine. C'est pour bientôt ? Qu'escomptez-vous exactement avec cette décision ? Singer l'autre grande cité réformée qu'est Genève ?

Sancte : *esquisse un sourire bienveillant* Ne vous sentez pas obligé d'user d'un vocabulaire péjoratif pour me heurter. Si comme elle le revendique et comme je le pense moi-même, Genève est le phare de l'Aristotélisme, des libertés, et de la civilisation, en quoi serait-il dégradant que d'autres cités s'inspirent de sa politique ? Je n'ai jamais caché mon profond amour pour Genève. Aussi est-il juste et légitime que je sois touché par les résolutions qu'elle a su mettre en place dans le passé au plus grand bénéfice de sa population. Je songe à proposer un article en ce sens au conseil ducal et ce dès la semaine prochaine, avec un petit volet qui visera à inciter les laborieux à se rendre aux mines dans le but d'aider le duché à sortir la tête de l'eau. Néanmoins, je sais le conseil de Guyenne assez frileux quant aux décrets municipaux touchant aux grilles de salaires et aux décisions qui gravitent autour de cette thématique. Alors nous verrons. Vous êtes bien placé pour savoir que l'audace ne paye pas forcément au premier coup.

AAP : La seconde proposition, justement, est d'autant plus audacieuse ; la duchesse Sophie vous avait d'ailleurs explicitement demandé d'y renoncer. Vous affirmiez au cours de la campagne que la seule manière de retrouver la concorde religieuse à Montauban serait de partager l'usage de l'église, alternant messes romaines et cérémonies réformées. Cette idée est-elle toujours d'actualité, ou bien vous êtes-vous fait une raison pour le moment ?

Sancte : Ce n'est pas une simple idée. C'est une conviction forte qui accouche d'une volonté inébranlable. La signature du concordat de Guyenne date d'une époque révolue. Aujourd'hui, la communauté réformée de Montauban tient le haut du pavé. Il ne me semble pas démesurément exagéré d'affirmer que la Réforme y est désormais majoritaire. Dès lors, le contexte dans lequel a été signé le concordat ne correspond plus à la réalité Montalbanaise. D'où les frictions que l'on y trouve. C'est la raison pour laquelle il faudra nécessairement le rénover. Sans cela, les tensions continueront. Non pas au sein de Montauban elle-même, mais de l'extérieur. Le simultaneum est aujourd'hui une nécessité mais aucun régnant ou conseiller n'ose retoquer le concordat de Guyenne, car ils craignent d'être excommunié même si la plupart d'entre eux ont conscience de la situation. En clair, l'Église freine des quatre fers... Seulement se rend-elle compte qu'à force de vouloir tout gagner, elle finira probablement par tout perdre ? Je ne le pense pas. Néanmoins, en tant que simple Bourgmestre, rappelons que je n'ai aucune prise concrète sur le dossier.

AAP : Il ne semble pas excessif de dire que le tour a été fait. Avez-vous quelque chose à ajouter ? Souhaitez-vous préciser un point, ou faire passer un commentaire particulier ?

Sancte : Je voudrais simplement ajouter que si des clercs voulaient bien se donner la peine de se cotiser afin d'aider monseigneur Bardieu dans ses appels au meurtre, ce serait un geste fort apprécié. Il est toujours quelque peu vexant de constater que sa propre vie ne vaut pas mieux qu'une parcelle de terre et demie...

AAP : Messer Sancte, merci de nous avoir accordé cet entretien pour le moins éclairant.

Sancte: C'est moi qui vous remercie. C'est toujours un plaisir !


Propos recueillis par Kartouche, pour l'AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manoir.actifforum.com
Admin
Admin


Messages : 762
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: archives des communiqués   Sam 29 Avr - 7:13

Citation :
28-08-2010 Ombres, régente illégitime de Guyenne
BORDEAUX (AAP) - Plus de trois semaines après les élections ducales, l'annonce du 21 août du Duc Trunks est sans équivoque. Il nomme la vicomtesse Ombres, bailli du duché, à la charge de régent. Le Duc spécifie dans un bref communiqué officiel que cette nomination s'inscrit dans le cadre de sa convalescence, et qu'Ombres "aura pouvoir de prendre les décisions" en son absence.

Le 24 août, le conseil ducal par l'intermédiaire de son porte-parole a annoncé que le terme de régente n'était "pas approprié" au vu de la non-démission du Duc, mais qu'il lui reconnaissait le rôle "d'assurer le relais entre le conseil et son Duc convalescent". Les lois royales précisent en effet depuis le 27 mai 1457, que l'accession à la régence est soumise à l'approbation de l'assemblée des pairs de France. Cette approbation n'a pas été donnée dans le cas de la nomination d'Ombres, ou n'a pas été divulguée de manière publique.

Le Chacal, pour l'AAP

Citation :
31-08-2010 Le Ponant déclare t il la guerre à l'Eglise?
Les ambassades des provinces du Royaume de France, de l'Église et du Grand-Duché de Bretagne sont en ébullition. De Rome à Rennes, en passant par Paris, on ne sait plus à quel saint se vouer pour préserver la paix. La guerre semble étendre son emprise dans tout les esprits d'occident.
Depuis un mois maintenant, le Camerlingue a déclenché une Croisade contre l'Angevinisme soutenu par les autorités ducales d'Anjou. Récemment, les armées Croisées, composées de troupes des Ordres militaro-religieux et de tousles horizons, notamment de Touraine et de Franche-Comté.

Ce rappel des faits est nécessaire pour expliquer la crise qui s'annonce. Juste avant la prise d'Angers qui transforma la Croisade en succès -bienvenu pour Rome, après l'épreuve de l'échec de la Croisade sur Genève- l'Alliance du Ponant (composée de la Bretagne, l'Anjou, la Guyenne, le Poitou et l'Artois) avait sommé, avec le Berry, les troupes autres que des Ordres militaro-religieux de quitter le duché d'Anjou sous peine de graves conséquences. Or Rome ne l'entendait pas ainsi, considérant que tous les fidèles qui participaient à la Croisade étaient des troupes du Très Haut, placées sous la bannière de ce dernier.

La polémique a maintenant pris un tour nettement plus concret que des missives véhémentes. Une armée menée par un capitaine Breton de renommée, Nilas d'Artignac, duc du Trégor, stationnée aux alentours de Saumur, menace les armées Croisées au nom de l'Alliance du Ponant.

Or l'Alliance du Ponant, déclarée illégale par le Roy de France, voulait que l'Église reconnaisse les armées Bretonne et Poitevine massées aux alentours comme croisées. Cette dernière n'a vraisemblablement pas donné à suite à la demande. La Bretagne, dépourvue de mandat romain, n'a par conséquent aucun droit -malgré des récents franchissements qui n'ont heureusement eu aucune suite tragique- de fouler le sol du Royaume de France sans demander l'aval au Roy de France.

Si l'armée du duc Nilas est bien mandatée par l'Alliance du Ponant en tant que capitaine des forces bretonnes, la transgression est consommée. Pour l'instant, l'Alliance du Ponant n'a pas communiqué sur sa position vis à vis de cette armée.

Autres muets, le Roy de France et les institutions parisiennes. La démission récente du Connestable de France et du Grand Maistre de France jouent certainement dans l'inertie actuelle. C'est pourtant à cette réponse qu'est désormais suspendue la paix.

A. pour l'AAP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manoir.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: archives des communiqués   

Revenir en haut Aller en bas
 
archives des communiqués
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Noblesse du Poitou (Archives)
» Peines Alternatives : Procédures et déroulement (Archives)
» [archives] Scénario I : L'oiseau de feu
» Archives judiciaires
» Archives Plume Sagace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archiviste Royale :: 1458-
Sauter vers: