AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mariage de Missanges et Viken ( 14 avril 1459 )

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 1123
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Mariage de Missanges et Viken ( 14 avril 1459 )   Sam 9 Juin - 14:40

Les préparatifs...

L'aube d'un jour unique

Missanges a écrit:
[Fin mars]

La cheminée crépitait doucement. Le feu ou plutôt les braises restantes se consumaient lentement et le rouge de son activité cessait insensiblement. En cette fin du mois de mars, Mahestine avait décidé de la fin de l’hiver et elle affirmait que le froid avait faibli. Mais comme la pénurie de bois semblait, elle, tenir dans notre village de Kastell, ben fallait économiser.
Et, pour la plus âgée des trois Mamettes de St Pol, les économies résidaient dans l’arrivée très précoce de l’été !
Donc moralité moins de feu.
En somme on se réchauffait sous la couette, ce qui, pour la famille de Kerdren convenait aisément. Peut être que les rondeurs de Lilith étaient dues à la pénurie de bois…
La chaise tirait par Mahestine racla les pavés de la pièce lorsqu’elle s’installa à mes côtés. Neige, chaton que Gui et Noab m’avaient offert, s’étira doucement sortant ses griffes qui entrèrent doucement dans la peau de mes cuisses. Passant lentement mon doigt derrière son oreille, je la caressai en regardant Mahestine s’asseoir près de moi. Le ronronnement de mon chat se fit soudain inaudible lorsque la voix de l’aînée des Mamettes s’éleva dans la salle.

- Alors des nouvelles pour cette chapelle au clan ?

- Oui ! C’est impossible de célébrer un mariage actuellement. La chapelle doit être bénite avant toute cérémonie et de plus il faut qu’elle porte un nom.

- Prune et chouchen ! Ce n’est pas les noms qui manquent, je vous croyais plus réactifs les jeunes.

- Heu ! Ce n’est pas la peine d’en rajouter. Des contre-temps ça existe. Hein !

- Et il va se faire où ce drôle de mariage ?

- Drôle ! Tu dis cela pourquoi ?

- Un mariage sans repas, sans fête ce n’est pas un mariage pour moi. M’enfin ! Tu pouvais bien faire la fête tout de même le passé est le passé. Nous avons vécu tant d’heures tristes, une fête au moulin aurait été la bienvenue.

- Nous en avons parlé longuement Mahestine, nous voulons seulement une cérémonie religieuse Viken et moi.

- Ah ! Pour sûr, rien qu’à voir ses yeux s’illuminer lorsqu’il te regarde, ce n’est pas lui, qui va te contredire. Il dit oui à toutes tes paroles.

- Ben, me voilà rassurée il dira oui devant l’autel.

Pestant en haussant les épaules, sa voix se fit plus douce lorsque ses yeux se posèrent sur les miens, j’y vis beaucoup de tendresse.

- Tu sais bien que Soisig, Ambroisine et moi, nous t’aurions préparé un bon festin pour cette célébration avec tes amis.

- Les amis ne viennent pas pour le repas, ils viennent par amitié justement. C’est une des vertus d’Aristote d’ailleurs, tu devrais le savoir !

- Ma doué ! C’est qu’elle va avoir le dernier mot maintenant …

Les derniers mots finirent murmurés sur ses lèvres et à nouveau la chaise racla le sol, un vacarme résonna dans la pièce. Je la regardai se lever, je ne pus m’empêcher un soupir de soulagement. Ma main saisit la sienne doucement, suspendant de quelques minutes son départ. Mes yeux dans les siens.

- Je le voulais ainsi Mahestine, simple, mais cela ne veut pas dire que je n’ai pas besoin de vous

Ses mains froissèrent le carré de tissu devant sa robe. Le tablier se tordait tantôt à droite, tantôt à gauche.

- Pour l’instant c’est les bêtes qui ont besoin de moi. Faut que je file leur donner à manger.

Je souris de la voir s’éloigner, les mots de tendresse étant parfois difficiles à dire. Sa coiffe haute légèrement inclinée, jaunie par le temps ou par les nombreux apprêts pour la maintenir bien droite. Elle sortit. Mes yeux regardèrent longtemps la porte restée entre ouverte.
Viken a écrit:
[Début Avril]

La soirée était douce, presqu'estivale en ce début avril. Viken entra en taverne pour se désaltérer après une longue et harassante journée de labeur.
Missanges était fort occupée à envoyer les faire parts de mariage et ne voulait pas l'avoir dans les pattes pendant qu'elle gérait les derniers préparatifs.
Elle l'avait chassé du moulin avec une infinie tendresse d'un ... "allez oust" prononcé avec un grand sourire.
Après l'avoir longuement embrassé, elle s'était enfermée dans leur chambre devant une grosse pile de papiers encore vierges.
Il savait qu'elle avait à coeur que tout soit parfait, et malgré son envie de l'aider, il l'abandonna aux préparatifs.

Il passa donc à "la marée basse" où il retrouva son ami Gwilherm en grande discussion avec le tavernier, le sieur Heinekenavo.
Les deux hommes parlaient de Brest avec beaucoup d'entrain lorsque Viken entra.
Quelques instants plus tard, Blotus entra à son tour et il fallut remettre un fût de cidre en perce pour étancher leur soif. A croire que les premiers rayons du soleil avait un effet déssêchant plutôt prononcé.
Bien sûr, commande fût passée pour trinquer avec le futur beau frère. Et bien entendu, celui-ci voulut rendre la pareille.
Ils en étaient déjà à une grosse quinzaine de bolées, lorsque Doolive pointa le bout de son nez.
Ni une ni deux chacun y alla de sa commande tant et si bien que les réserves s'épuisèrent bien vite. Doolive pour sa part fervent amateur de chouchen demanda à ce que l'on change le contenu des bolées.
C'est donc à grandes rasades de chouchen que les compères se lancèrent dans une discussion aussi variée qu'animée.

Comme on pouvait s'en douter, certaines boissons ayant parfois d'irrésistibles effets secondaires, certains défis furent lancés au gré de joutes verbales plus ou moins épiques.
Comme celui de Blotus qui voulut poursuivre par la tournée des tavernes de la ville sous prétexte de les faire découvrir au Vannetais Doolive.
Les tavernes paolitaines avaient selon lui, les meilleures productions d'alcool de Breizh et notament la fameuse et réputée "prunàvampi". Gwilherm se lança dans un cours magistral sur les origines des meilleures distilleries bretonnes ponctuant ses propos de plus en plus de mots bretons auxquels Viken ne comprenait rien.
A y regarder de plus près, il n'était d'ailleurs pas le seul, tant les paroles du bréhatin semblaient moins assurées qu'à l'habitude. Il faut dire que chacun voulant se faire entendre des autres avait sensiblement augmenté le volume de sa voix. A croire que l'alccol rend sourd.

Ils laissèrent donc messire Heine à son comptoir pour écumer ceux des autres établissements de Kastell.
Heureusement Propatrick disposait à la taverne du Dragon d'une cave fort bien approvisionnée, ce qui leur permis d'étancher une soif qui semblait grandir au fur et à mesure qu'ils buvaient.
A la troisième taverne, ils décidèrent de passer aux choses sérieuses et de s'attaquer au nectar des nectars, la prune, la seule, la vraie, celle de St Pol.
Etrangement, lorsqu'ils entraient en taverne, les gens présents avaient tendance à s'éclipser sur la pointe des pieds arguant d'une course urgente ou de l'heure avancée. Elle l'était d'ailleurs, avancée autant que l'état de nos quatre compères lorsqu'ils arrivèrent "aux amis de la prune" la taverne de Peterpan.
Doolive voulant à tout prix goutter à la prune de sa chère marraine Miss, Blotus passa derrière le comptoir et d'un petit clin d'oeil déclara.


Ne vous inquiétez pas, je sais où mon père et ma soeur cachent la clé de la cave.

Ils s'installèrent autour de la grande table de ramponneau, le temps que Blotus revienne les bras chargés de bouteilles. On ne se souvient pas qui eut l'idée de jouer au ramponneau en misant des verres de prune. On ne se souvient pas plus de qui gagna cette partie.
Les heures passèrent et les langues se délièrent un peu plus. Plus ils parlaient et plus ils avaient soif. Affreux cercle vicieux qui les emmena dans un autre monde, un monde étrange, celui de l'ivresse.
Vu de l'extérieur, un spectateur attentif n'aurait trouvé aucun sens à leurs conversations. Et pourtant, eux semblaient se comprendre aisément, passant du coq à l'âne comme si tout cela était prévu d'avance, ils refaisaient le monde avec une facilité déconcertante.

L'émotion était palpable comme souvent dans ses moments là. On passait vite du rire aux larmes, se congratulant juste d'être heureux de partager ces instants, s'attendrissant sur des souvenirs ou sur un passé prometteur.
Tous les sujets furent abordés sans exception, de la politique à l'armée, du commerce à la justice, des voyages à l'amour.
Les propos étaient plus lents, les regards bien moins perçants, les gestes plus très vifs, mais la voix était forte et affirmée, souvent ponctuée par un cri ou une dévise.
Se levant verre à la main devant Blotus plongé le nez dans le sien, Viken lança un fier:


A la soule et à la prune qui saoule !

Eh oui, à l'heure où les braves gens dormaient déjà du sommeil du juste, eux déclinaient peu à peu, l'esprit embrumé dans des vapeurs aux goûts fruités. C'est Gwilherm qui sonna le signal du départ se rendant compte dans un éclair de lucidité qu'il devait suivre un cours le lendemain.
On était déjà le lendemain d'ailleurs et le jour commençait à poindre lorsqu'ils quittèrent la taverne. Il fallut ramener Doolive jusqu'à sa chambre. Traversant les rues de Kastell d'une démarche mal assurée, les compagnons d'un soir se mirent à chanter l'hymne du Gwenn Ha Du en l'honneur du Vannetais qui ne connaissait pas.


J'entends le Clan du Gwenn Ha Du chanter
J'entends le choeur de la Bretagne chanter
J'entends le Clan du Gwenn Ha Du danser
J'entends le Peuple Breton danser


C'est ainsi que voulant accompagner les paroles de pas de danse accrobatiques Viken trébucha malencontreusement avant de partir dans une tentative désespérée de rétablissement qui le mena directement les fesses dans l'abreuvoir le plus proche. Aussitôt secouru par ses accolytes, les fous rires remplaçèrent les chants alors qu'il s'en extirpait tout dégoulinant.
Une fenêtre s'entrebailla laissant échapper quelques noms d'oiseaux qui leur étaient manifestement adressés. Il était grand temps de se rentrer.
Ils raccompagnèrent le vannetais puis se séparèrent dans de touchantes accolades.

Blotus et Viken prirent le chemin du moulin dont l'imposante silhouette se dessinait déjà à l'horizon. On ne savait trop lequel des deux s'appuyait sur l'autre mais c'est bras dessus bras dessous qu'ils arrivèrent au but.
Cherchant à faire le moins de bruit possible, ils se lançaient à tour de rôle des ..."Chuuuuuuttt" qui auraient réveillé un mort.
Etouffant quelques fous rires naissants, ils finirent par décider dans un éclair de lucidité d'aller se coucher dans le pigeonnier afin de ne pas trop se faire remarquer.
Ils s'écroulèrent dans la paille presqu'en même temps. Deux minutes plus tard ils ronflaient comme des bienheureux.
Jenifael a écrit:
[rp]Le temps était doux et propice aux promenades ce dont Jeni ne se privait pas. Elle aimait tout particulière aller sur la falaise surplombant le moulin. Le chemin pour y monter était raide et ardu mais une fois la haut le panorama valait tous les efforts fournis. La jeune femme remplissait ses poumons d’un air iodé revigorant, écoutait le bruit des vagues se fracassants sur les rochers, les éclats de voix des mamettes assises sur un banc un peu plus en contrebas que le vent ramenait jusqu’à elle et le cri des mouettes.

Y’a un truc qui cloche. La mer se fracasse toujours, les mamettes sont sur leur banc fétiche, les mouettes sont là mais quelque chose ne va pas, il manque quelque chose. Les mamettes!! Voilà ce qui ne colle pas à l’habituel paysage, du moins au paysage sonore de l’endroit. Elles sont silencieuses et ça c’est pas normal. Des mamettes qui râlent, rouspettes, bougonnent, vous houspillent, se plaignent de tout c’est normal et signe que tout va bien. Mais des mamettes assises et silencieuses, alors là ça ne présage rien de bon et dans ces cas la il vaut mieux se dépêcher d’aller voir ce qui se passe.

Jeni ne perdit pas de temps,redescendit et se dirigeât droit sur le banc ou était assise les mamettes. De près, l’impression était encore pire que de loin et les visages des trois vieilles femmes laissaient pressentir qu’une catastrophe avait eu lieu ou allait avoir lieu.

La jeune femme s’approcha, salua les trois vieilles comme il se doit ( et non le terme de « vieilles » n’est ni péjoratif, ni méchant, ni un manque de respect rhooo c’est tout le contraire en fait, il s’agit de la reconnaissance de leur grande sagesse acquise au fil du temps même s’il n’est pas visible au premier abord on est bien d’accord) et s’enquit de ce qui les rendaient aussi triste.

Je vous passerais la liste de tout leurs petits bobo et de toutes les petites tracasseries de la vie quotidienne que l’on peut rencontrer a leur age sinon on en a pour vingt ans en faisant un résumé pour en venir de suite a l’info principale.

Missanges, leur Miss adorée, leur bébé ne voulait pas de fête et pas de repas pour son mariage et son fiancé était d’accord avec ça.

Nan mais vous vous rendez compte, pas de fête, pas de repas, elle veut chose de simple!! c’est pas un mariage ça. Comment est ce qu’ils vont faire les invités pour s’remplir la panse? Et pis y vont penser quoi? Qu’la famille d’Kerdren sais po recevoir? Si c’est-y pas malheureux quand même.

Ma brave Soizic Miss ne veux rien faire mais rien ne nous empêche de lui préparer un beau mariage qu’en pensez vous? Elle veut du simple? Et bien on va lui donner du simple, qu’en pensez vous?

Z’auriez pas une idée derrière la tête par hazard mam’selle jeni? C’est que j’commence a le connaître c’t’air la sur vot’ figure.

Jeni éclata de rire, les mamettes commençaient a trop bien la connaître elle allait devoir faire attention , et hocha la tête en signe d’assentiment. Une petite place a leur côté plus tard et elle leur expliqua son plan.

Missanges et Viken voulaient du simple? Ils allaient avoir du simple et une décoration peu banale qu’ils n’oublieraient pas de sitôt.

Vous êtes d’accord avec moi: Miss aime la prune, donc qu’en pensez vous si on décorait toute l’église avec des feuilles de pruniers, des fleurs de pruniers et bien sur des prunes. On pourrait aussi remplacer les bancs de l’église par des tonneaux vides qui serviraient de chaises et remplacer en douce le vin de messe par de la prunavampi qu’en dites vous? Vous pourriez m‘aider a tout préparer sans que cela se sache.

La proposition redonna le sourire aux trois femmes et c’est le cœur plus léger qu’elles recommençaient a se disputer pour savoir qui allait faire quoi.
[/rp]
Missanges a écrit:
[ Début de mois d'avril ]

Le temps passait rapidement et la date du mariage se rapprochait de plus en plus vite. Nous étions toujours à la recherche d’une idée pour que celui-ci se fasse au clan. Assise en tailleur le dos contre le mur de l’écurie, je regardais évasivement les ailes du moulin tourner. Le soleil masqué par des nuages sombres tentait de s’immiscer entre eux. Je fermais tantôt l’œil gauche, tantôt l’œil droit regardant ce ciel. Je voyais successivement la vision du temps passer de l’ombre à la lumière. De maussade, à une légére clarté. Un cri me tira de mon oisiveté.

- Tu rêves ?

- Je cherche une solution autre que la chapelle. Tu sais bien que mon souhait était de me marier au clan.

- Ben, fallait reculer ce mariage. D’ailleurs, ce n’est pas un peu trop vite tout cela. M’enfin, je dis cela ainsi à mon idée de vieille.
-
Arquant mon sourcil, je fis semblant de ne pas entendre cette réplique. J’étendis mes jambes remuant mes orteils dans mes bottes. Je sentis mon gros orteil passer au travers de la fine laine. Encore du reprisage pour les Mamettes !

- Si tu devais te marier maintenant, dis-moi, tu le ferais où ton mariage.

- Ma doué, en voilà une question. Sans hésiter à la taverne de ton père, aux amis de la prune. A mon âge, il ne reste que la descente des chopes. Tout le reste à descendu depuis longtemps !

- Heu, je te demandais à mon âge Mahestine pas maintenant.

- En y réfléchissant je crois bien n’avoir jamais reçu de fleurs, cela ne se faisait pas trop tu sais à l’époque. Alors peut être dans un jardin fleuri au milieu d’Hortensias. Oui, j’aimerais assez cela.

- Oui, cela serait magnifique sauf qu’il faut un endroit, un lieu béni.

Et comme une bulle qui éclate, libérant des milliers de particules variables selon la composition de la bulle, j’eus soudain une idée. Le mariage ne pouvait se faire à la chapelle du clan, mais nous venions d’acquérir un bateau.
Une union sur un bateau !
Je me levai en hâte, criant à Mahestine

- Je viens d’avoir une idée, je cours dans ma chambre écrire.

Et hop, branle bas de combat, pour obtenir des renseignements, il ne faudrait pas louper des infos et que le mariage ne soit pas valable.
Plume sortie de son fourreau et vélin en main j’écrivais à une seule personne que je connaissais assez pour me renseigner sur les bateaux. Une écriture fine légèrement italique se coucha aussitôt sur le vélin.
A la même vitesse que celle dont j’étais entrée dans ma chambre je sortis en prenant la direction du pigeonnier.

Missanges a écrit:
[ Quelques jours avant]

J’avançais radieuse tenant le bras de mon père. Celui-ci n’arrêtait pas de tourner la tête cherchant du regard sa Lilith. Je tirai doucement sur son bras, lui faisant des yeux ronds, auquel s’ajoutait un plissement de nez. L’espace d’un moment il semblait attentif à m’accompagner auprès de mon futur mari, mais le moment suivant le manège recommençait. Sa tête se tournait encore pour regarder sa belle. Aujourd’hui peine perdue pour sa concentration.
Le cortège était long…Long.
Un brouhaha s’élevait de celui-ci. Je n’entendais aucune parole distincte, juste un flot de mots inaudibles. Mes pas s’engagèrent sur la passerelle du bateau, le cortège à ma suite.
La passerelle était longue…Longue.
Je voyais Mimilia tenant d’une main le livre d’Aristote, sa seconde main sur le gouvernail. Viken se tenait à ses côtés, le regard tourné vers moi, me regardant venir pour notre plus beau jour.
Un tapis de pétales blancs recouvrait le sol de la passerelle et les garde-fous de chaque côté de celle-ci regorgeaient de fleurs odorantes dont s’enivraient nos sens sur notre passage. La passerelle semblait interminable, plus nous avancions plus celle-ci reculait. Le bateau tanguait légèrement caressé par les vagues venant mourir sur sa coque. Brusquement celui-ci bougea plus fortement et commença à s’éloigner du rivage. La passerelle se déchiqueta dans un vacarme et du cortège monta une clameur. Les lattes sous mes pieds me parurent aussi minces qu’une feuille de vélin. Elles commencèrent à flotter dans l’air semblant danser avec le vent. Déséquilibrée par ce mouvement inattendu je glissai. Les doigts de mon père s’incrustèrent dans mon bras pour me retenir criant à pleine voix, Miss…Miss.
La voix de mon père s’éloigna doucement, une autre parvint plus vive, Miss…Miss.

J’ouvris mes yeux brusquement sur le regard interrogateur de Mahestine qui me secouait le bras. Aspirant une bouffée d’air en frissonnant, je me levai vivement criant, le bateau..
C’est ainsi que, dans ce mouvement brusque mon front rencontra la poutre soutenant le toit. Une vibration résonna dans ma tête, je sentis le battement de mon sang affluer et une chaleur m’envahir.
Merdeuuuuuuu !
Oscillant légèrement en gémissant sous la douleur subite, ma main vint toucher mon front. Je sentis une légère bosse se former. L’odeur de la paille et du roucoulement des pigeons me rappelèrent l’endroit ou j’étais. Mahestine cria. Sa main se tendit sur le haut de mon front la totalité de mon crâne était douloureux et tous les pigeons roucoulaient dans ma tête.

-Ma doué ! Ben tu vas être belle à ton mariage ! Tiens pendant que tu piquais un roupillon, un pigeon est arrivé.

-Tu penses que je vais avoir une bosse ?

-Un œuf de pigeon plutôt vu l’endroit où nous sommes. Riant sous cape je la vis remonter ses jupons et se diriger vers l’échelle pour descendre. Voilà ce que c’est un mariage sans fête !

Haussant les épaules, m’asseyant sur le sol, posant mes pieds sur la première marche de l’échelle. Je pris connaissance de mon courrier.
C’était encore pas gagné pour se marier sur un bateau. Trop de formalités à faire.
Le mariage se fera donc ailleurs au clan
Merdeuuuuuuu !

Peterpan31 a écrit:
Moulin de Kerdren, 2ème étage, 1ère porte à gauche en sortant de l'escalier.

Non. Trop verdâtre.

Non plus. Trop moulant.

Bof ! Trop sophistiqué.

Mmmmh ... ah oui, tiens ! pas mal, ça.


La tête au fond de sa penderie, Peter s'évertuait à trouver la paire de collants qui lui siérait le mieux le lendemain, jour du second mariage de sa fille adorée. Il lui faudrait sans doute demander l'avis de Lilith, qui était plus experte que lui dans ce domaine.

Sans compter Clo, qui en tant que tisserande, ne manquerait pas de ramener sa fraise ...


FRAISE ! DES FRAISES !!! Se plaquant la paume de la main gauche sur le front, Peter ouvrit grand les yeux et fit tout haut :

Lili va me tuer ! ça fait deux heures au moins que je lui ai promis de lui ramener les fraises qu'elle m'a demandé et qu'elle compte garnir d'une crême fleurette ! Aïe aïe !

Laissant là ses essais vestimentaires, l'homme à collants verts dévala l'escalier en colimaçon à la recherche des fruits qui allaient calmer le potentiel courroux de son épouse, en passe d'enfanter.
Blotus1er a écrit:
[bras dessus bras dessous avec Viken]

le stpolitain avait rarement autant bu, les tavernes se succedaient les unes aux autres au moins aussi vite que les verres, si bien qu'il lui arrivait de ne plus savoir vraiment ou il etait.

Prune, chouchen, cidre défilaient sous des yeux de plus en plus embrumés.
L'evenement etait d'importance; Viken se mariait qui plus est avec sa soeur et il fallait que tout cela se marque sur les comptoirs stpolitains.

Blotus accoudé au comptoir souriait, riait , tout etait propice à l'amusement. Il s'arretait parfois , levait son index devant les yeux, prenait un ton serieux ponctué de hips et se lancait dans de grandes déclarations !!!

Vikeeennnnn !!! mon amiiii !! le mariiiage est une chose tres séééérieuuuse !!! hein !!! alors !!! alors je dis que c'est beauuuuu !! voilà !!
à ta santé et à Miiiiiiss !!!!!!!
héhé !


les heures passaient, la nuit était tombée depuis pas mal de temps maintenant, et il fallait pênser à rentrer.
la sortie de la taverne de son pere fut triomphale !! une derniére tournée, et Viken et blotus s'engagerent vers la porte en chantant l'hymne du clan gwenn ha du ! le sol bougeait et les efforts pour marcher droit faisaient rire les deux comperes.

finalement ils arriverent au pigeonnier non loin du moulin familiale et s'affalerent comme des bienheureux jusqu'au lendemain...


Le faire-part...

Viken a écrit:


La cérémonie sera célébrée en la primatiale.

L'office religieuse...

Mimilia74 a écrit:
En cette matinée du Jeudi 14 Avril, Mimilia est à Rennes. A la primatiale. Elle doit officier le mariage de Missange et Viken. Elle a eu l'autorisation d'Arzhel.
Que de péripéties pour cette célébration, chapelle, clan... pas consacrée... que de retournement. Mimilia arrive tranquillement. Vérifie que tout est bien décorée. Elle entre, trés en avance, elle s'assied et prit longuement. Un enfant de coeur arrive. Elle lui sourit et parle un moment avec lui. Intimidée quand même la diaconesse, elle n'a pas vraiment l'habitude d'officier dans une si grande cathédrale, pour si grande famille. Elle sourit au petit homme et l'autorise à aller sonner les cloches. Comme à son habitude la Montfort-Laval, remonte la nef et vient de poster dehors, sur le parvis, pour accueillir les protagonistes du jour.


[BONG BONG BONG]

Grand sourire, elle attends les convives et les futurs mariés.
Sanzillusion a écrit:
Sanzi avait fui encore le couvent cette nuit et se baladait dans les rues, le nez en l'air par cette belle matinée de printemps.
Beau jour pour vivre, beau jour pour rire.


Citation :
[BONG BONG BONG]

"Tiens ! des cloches qui sonnent à cette heure-ci ? " se demanda la jeune fille. Qu'est-ce que.... Ah ! mais oui ! LE mariage !" rit-elle.

Elle réfléchit un instant. Oh ! pas bien longtemps, hein ! vous la connaissez ! Après tout, elle avait été invitée, elle aussi !

Elle regarda sa mise. Ma foi, elle était propre, suffisamment pour pénétrer dans une église. Pis de toutes les façons, c'est pas elle qu'on regarderait le plus, hein ! Elle avait à faire honneur à personne.

Donc, ni une, ni deux, la voilà qui se précipite sur le parvis.

Mince ! Elle était la première....

"J'espère que je ne serai pas la seule, surtout
" rit-elle en elle-même, ce serait facheux !

Elle s'approcha de Mimilia qui attendait debout près du porche :

"Demat Mimi, lui sourit-elle, comment allez vous ?"
Mikaphile a écrit:
La presque vieille avait cru ne pas pouvoir venir à ce mariage, elle devait rejoindre son ami Mumia en Franche-Comté dès que leur ami commun Leamas serait libéré de ses obligations militaires, soit le lendemain de l'élection ducale.
Mais voilà, entre-temps Mumia avait fait la dernière blague nulle de sa carrière : mourir au coin d'un bois, abandonnant là tous ses amis.

Du coup, le voyage avait été une énième fois retardé, et elle pouvait venir partager le bonheur de ses amis, en espérant que cette union-là ne finirait pas de manière aussi tragique que la dernière à laquelle elle avait été conviée.

Elle avisa en entrant l'officiante, qu'elle ne connaissais pas plus que ça, et son amie Sanzi


Bonjour, Sanzi, tu vas bien ?
Bonjour, dame, je suis Mikaphile, de Rieux, d'ailleurs je profite de l'occasion, je vais partir pour cinq à six semaines, vous ne connaitriez pas quelqu'un qui me remplacerait à Rieux comme curé In Gratibus ?
Coldtracker a écrit:
Maël s'était mis en grande tenue, on lui avait demandé un service ce jour, il n'avait point oublié...
Roxannemontfortlaval a écrit:
Roxanne et Alwen avaient reçu l'invitation et c'est donc ensemble qu'ils entrèrent dans la Primatiale. Comme une sorte de répétition en fait pour eux qui se mariaient en ces mêmes lieux dans quatre jours.
La jeune fille aperçut une haute silhouette qu'elle reconnut instantanément et s'approchant de son cousin, elle vint poser une main légère sur son bras et se penche à son oreille dans un murmure.

Vous êtes venu faire une répétition pour lundi mon cousin ?

Sourire de la jeune fille qui ne peut s'empêcher de lui lancer un clin d'oeil amusé et se haussant sur la pointe des pieds, lui dépose une bise sur la joue.

Trugarez mon cousin, je suis fière et honorée que vous me meniez à l'autel lundi. Aujourd'hui, ce sont les épousailles de Missanges et Viken.

Elle est émue Roxanne d'être en ces lieux. Qu'est-ce que ça va être dans quatre jours...

Et d'aller s'installer sur un banc dans le fond de la nef auprès de son taquin, attendant que la cérémonie débute.
Tadeus94 a écrit:
Tadeus rentra dans la primatiale, puis en attendant le futur couple, il s'assit sur un banc tout en regardant les gens présents.

Il voyait sa Cousine Mimilia qui était prête à officier, puis sa cousine Roxanne avec son futur. Après cette consultation, Tadeus se mit en rpier en attendant le début de la cérémonie.
Idana a écrit:
Pfiou, elle était bien plus grande que celle de Rennes cette église et Idana entra sans faire de bruit ...

C'est pas un église ma gueuse, c'est une primatiale !
Mouais c'est une grande église quoi !

Y avait déjà des gens ... connus et inconnus, et Idana relut l'invitation .. oui c'était bien écrit Idana .... Miss se souvenait d'elle et l'avait invité ! St Pol était si loin dans sa mémoire, mais l'amitié entre elle et la charmante Missanges avait été immédiate. Elle se demandait avec un sourire en coin si Elen ferait une apparition, lui qui était passé à Rennes sans rien lui dire ... il perdait rien pour attendre tiens.

Tadeus un peu plus loin, et Idana une seconde avant d'aller s'asseoir sur le banc à côté de lui ... il regardait tout le monde et elle murmura .
.. j'peux m'asseoir là sans vous déranger ?

T'es déjà assise je te signale !
pffff ! j'ai mal aux pieds !

Et oui la gueuse avait mis des chausses , une fois n'était pas coutume, mais elle avait une furieuse envie de les envoyer balader sous le banc. En attendant, elle les avait juste quitté, posant les pieds dessus avec un soupir de soulagement.
Marianne_dezyelinski a écrit:
Après avoir laissé des instructions à son apprenti pour fabriquer de jolies braies pendant son absence, Marianne quitta son échoppe et fit le trajet de Kastell Paol jusqu'à la primatiale pour le mariage de sa marraine.
Une halte à l'auberge pour se remettre de la poussière de la route, et surtout pour se changer et faire honneur aux futurs époux, puis la jeune femme ressortit et gagna le parvis où beaucoup se rassemblaient déjà.
Le temps était au beau fixe, aussi, après avoir salué tout le monde même si elle ne connaissait personne des présents, elle resta là dehors à profiter du printemps.
Bidulette a écrit:
Bidulette et son époux avaient reçu un avis de mariage de la part de leur amie Missanges.
Ils étaient en Bretagne, ça tombait bien!
S'habillant au mieux, ils se rendirent bras dessus, bras dessous à la primatiale.

Ils ne connaissaient pas grand monde et saluèrent à la cantonnade avant de trouver un endroit d'où ils pourraient tout entendre et sourire à la mariée.
Zabou a écrit:
Même pas en retard!! Elle était fière notre paysanne de cet exploit, mais ils avaient commencé à se préparer deux jours plus tôt, donc la victoire sur le temps était tout de même assez relative.

Elle avait pris plaisir à coiffer Aby ce matin là, prenant le temps aussi, ce qui leur avait évité les cris habituels, et de la mère attendant de sa fille qu'elle reste en place, et de la petiote, cherchant à prendre la poudre d'escampette pour aller retrouver sa grand-mère.

Elle même et Oban avait repassé les couleurs de la famille, et c'est donc une famille en blanc et bleu qui sortit d'une auberge afin de se rendre au mariage de Miss et de Viken. Le pauvre avait subi la question, sans faire de faux pas, se pliant au jeu de zabou et elle était heureuse pour eux en ce joli jour de printemps.

Ils prirent place sur un banc, saluant Mimi d'un large sourire et les quelques personnes présentes qu'ils connaissaient, attendant avec impatience de découvrir la splendide mariée et son époux.
Coldtracker a écrit:
Roxannemontfortlaval a écrit:
Vous êtes venu faire une répétition pour lundi mon cousin ?
Trugarez mon cousin, je suis fière et honorée que vous me meniez à l'autel lundi. Aujourd'hui, ce sont les épousailles de Missanges et Viken.


Improviser, s'adapter et dominer....Mais ne surtout pas avouer qu'il avait confondu les dates même si c'était grillé...

Il sourit et répondit...:
-"Un vrai militaire jeune fille, une répétition ne nuit jamais....."

Du coup, il essaya de se faire petit ce qui était loupé d'avance quand on mesurait presque deux mètres et qu'on portait une éspée bâstarde de plus d'un mètre à la hanche....
Valeyriane a écrit:
val était arrivée en tenant wari par la main.Ils bisèrent mimi et entrèrent dans la primatiale.
Elle regarda la grandeur de la primatiale et murmura à l'oreille de son fiancé :
on prend des idées pour notre mariage?regarde bien la cérémonie :wink: :wink:
Puis tout deux s'assirent et attendirent le début de la cérémonie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manoir.actifforum.com
Admin
Admin


Messages : 1123
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: Mariage de Missanges et Viken ( 14 avril 1459 )   Sam 9 Juin - 14:41

Propatrick a écrit:
Pro été enfin arrive il s ete un peux perdu mais ne voulais rate sa pour rien au monde .Il salua les personne présente et attendit un peux
Viken a écrit:
Le grand jour était enfin arrivé et l’émotion bien palpable.

Il allait enfin s’unir à la femme de sa vie, à celle qu’il n’avait cessé d’aimer depuis leur premier regard.
Viken se sentait incroyablement troublé en cette journée unique qui devait être la leur. Les sentiments se mélangeaient dans son esprit, le faisant passer de la joie la plus intense à l’angoisse la plus terrible. Il se repassait les images de leurs derniers mois, du premier jour à aujourd’hui. Tout cela était passé si vite, tous ces moments avaient été si intenses.
Quelques nuages vite dissipés, des contraintes balayées par la force de leur amour, rien n’avait résisté à leur désir de se tenir la main pour toujours.

Le destin pourtant ne les avait pas aidés, semant sur leur route de sournoises embûches. Qu’importe, ils avaient persisté sans relâche, persuadés de tenir l’amour unique au bout de leurs doigts.
Viken avait été insistant, parfois trop, au risque de la brusquer et de la voir le fuir. Il avait été maladroit par trop d’empressement ou par peur que cet amour lui échappe. Il n’avait cependant jamais douté de ses sentiments pour elle. Il en connaissait la force et la sincérité, en ressentait au plus profond de son être l’incroyable intensité.

Comment avait il pu en être sûr dès le premier jour ? Personne ne le savait, pas même lui. Il avait simplement suivi la voix de son cœur, n’écoutant que lui. Chaque jour qu’il passait aux côtés de Missanges prouvait qu’il avait raison.
Sa seule présence suffisait à le rendre heureux, chacun de leurs instants dégageait une infinie tendresse. Elle était à la fois douce, belle, tendre, drôle, attendrissante, cultivée, attentionnée, troublante, sensuelle, mesurée, souriante, déterminée, intègre, envoûtante, … tout cela à la fois et bien plus encore.
Se découvrant peu à peu, ils étaient devenus complices, aspirant aux mêmes désirs. Ils avaient vite ressentis la même attirance l’un pour l’autre. Les premiers doutes cédant la place à de belles certitudes, ils n’envisageaient l’avenir qu’ensemble, unis pour le meilleur et pour leur plus grand plaisir.

Aujourd’hui, il allait épouser la plus merveilleuse des femmes et il ne saurait jamais la remercier assez pour tout le bonheur qu’elle lui donnait.

Le doute était là néanmoins qu’un ultime grain de sable vienne perturber le déroulement de ce qu’ils avaient prévus ; Le petit détail auquel on n’avait pas pensé et qui finalement gâche l’événement. Jusqu’à la dernière minute, il savait qu’il aurait cette peur au ventre, jusqu’à ce qu’au beau milieu de la primatiale résonne enfin la phrase ultime qui le délivrerait.
Il avait gravi les marches de la primatiale sentant un nœud à l’estomac. Il avait embrassé Mimilia tendrement alors qu'elle les attendait sur les marches du parvis, la remerciant ainsi dans un murmure d'avoir accepté d'officier en ce jour si important pour eux. La présence de ses amis à ses côtés ne suffisait pourtant pas à le rassurer devant l’imposante stature de l’édifice. Il ne prisait guère d’être sur le devant de la scène et lorsqu’il découvrit l’immensité de la nef, il retint son souffle pour ne pas céder à la panique. Il connaissait déjà l’endroit et pourtant, d’habitude il était en retrait alors qu’aujourd’hui, il serait là au centre de tous les regards.

Une pensée pour sa future promise effaça aussitôt tous ses troubles. Ils ne seraient bientôt plus deux amoureux se tenant la main mais bel et bien un couple heureux de ne faire plus qu’un pour affronter la vie avec sérénité. Ils pourraient songer à avoir des enfants, à agrandir et égayer de petits cris joyeux cette famille dans laquelle il se sentait si bien.
Il songea à Missanges en souriant tendrement comme si elle se trouvait face à lui. Il attendait de la voir paraître plus belle que jamais, fière et radieuse au bras de son père. Il n’oublierait jamais ce jour unique, gravant pour toujours dans sa mémoire, chaque instant, chaque image, chaque émotion.

A la fin de cette journée, ils seraient mari et femme, unis pour la vie.
Maira_de_l_ancolie a écrit:
Respirer...il faut respirer...il faut...

Mais z'avez finit avec ce satané corset !!! J'vous ai dit pas en avoir besoin !!!
Peut-être m'dame mais vous ferez illusion !


C'est ainsi que les serviteurs s'acharneaient une fois de plus a la vétir comme il se devait malgré ses protestations. C'était un peu devenu l'attraction de l'appartement. Au moins, on savait quand elle devait sortir habiller en "dame" ce qui au passage ne manquer pas de faire rire son époux qui y aller de sa petite taquinerie ponctuellement. Rien de bien méchant bien sur, il n'y avait pas de meilleur époux et puis, elle le lui rendait bien. C'était devenu une sorte de jeu qui finissait toujours extrèmement bien mais qui n'accélérer pas son habillage bien au contraire.

Enfin bref, elle était fin prête pour se rendre au mariage de la belle Missange avec qui elle avait eut de bon fou rire surtout sur un terrain de soule.


Vous voyez m'dame qu'vous pouvez t'nir vot rand !
Gna gna gna !
P't'etre le parler a corriger !
Rho ca va hein, j'parle comme j'le veux !


Manquerez plus qu'on lui colle un précepteur et ce serait le bouquet. L'un des deux craquerait mais pas sur de savoir lequel. Finalement, elle arriva sur le lieu de la cérémonie a l'heure et se plaça au milieu. Les premiers rand c'est pour la noblesse et ensuite on va en diminuant jusqu'aux portes. Elle pensait y avoir trouver un bon compromis ici.
Lavatar a écrit:
Lavatar se pointa bien vêtu et moyennement coiffé au mariage de son amie Missanges... Voilà longtemps qu'il ne l'avait vue, et il se réjouissait d'avance de la fête qui aurait sans doute lieu dans la soirée...

Un coup d'oeil rapide dans la grande église de Rennes... Maira, à laquelle il adressa un sourire carnassier... Cold, qu'il avait croisé maintes fois, léger signe de main... et le brave Tadeus, qui lui avait apporté du si bon vin à sa dernière visite à Vannes...
Il sourit en voyant Idana affalée à côté du clerc... Il allait se diriger vers eux lorsque ses yeux de glace bleutée rencontrèrent ceux de sa petite protégée, Val, au côté de Wari. Il les salua avec effusion...


— Demat, Wari ! Vaaaaaaaaaaaaal !!!! Comment allez-vous héhé. ?.. et dire que je comptais passer à KP pour vous voir tous ! Que du beau monde icelieu ! Et, y a même Mimilia ! Et alors, toujours pressés de vous marier ? La future mariée est arrivée ?
Fyndecano a écrit:
[rp]Fyndecano, un bras passé sous celui de Sisoue, pénétra dans la primatiale.

Il faisait sombre, il cligna des yeux plusieurs fois afin d’acclimater sa vision .

L'église commençait à se remplir.

Il vit Zabou et Oban sur un banc bien positionnés pour ne pas perdre une miette de la cérémonie.

Evidemment connaissant Zab le contraire aurait été étonnant^^

Il se dirigea vers eux, tenant toujours Sisoue par le bras et serrant sous l'autre son précieux bocal

Il s’effaça pour laisser passer Sisoue puis fit la bise à zab et serra la main de Ob.


Demat vous deux

Zab pas en retard pour une fois ?^^

Sis assis toi à côté de zabou tu verras mieux l’arrivée de la future mariée, je vais me mettre de l’autre côté avec mon bocal

Il s’agirait pas de le casser, Missanges serait vraiment trop déçue. :wink:
Mimilia74 a écrit:
Quel beau jour que celui où deux cœurs se préparent à vivre ensemble unis. Mimilia tranquillement installé vit arriver Sanzillusion. Elle sourit, la belle qu’elle avait connue à KastelPol. Elle la bisa fortement.

Et bien je vais bien ma chère, et vous-même ?

Et elle sourit. Et vit Mikaphile qu’elle connaissait de vue.
Demat Ma mère… euh. Et bien non je n’ai point de connaissance à ce niveau. En avez-vous parlé à Hugo ?

C’est alors qu’elle vit Mael arriver… très bien habillé et le regard fier. Mimilia tiqua, mais n’eut pas le temps d’aller lui parler.
Puis elle salua Roxanne et toutes les personnes qu’elle vit entrer. Elle les laissa prendre place à l’intérieur, elle attendait Viken.
Qui justement arriva. Elle lui sourit et le regarde monter les quelques marches, elle sent bien que la joie et l’appréhension sont mélées et c’est normal. Elle pose sa main sur le bras du futur époux pendant qu’il la bise, pour tenter de le rassurer, le calmer. Et elle le voit sans un mot se diriger à l’intérieur. Elle sourit la Montfort-Laval, elle aime marier. Et ce mariage lui tient à cœur, Ils le méritent tous les deux ce bonheur.

Elle sourit à Maira qui arrive, suivit de Lavatar, les bises et les invite à aller se placer. Guettant l’arrivée de la famille de la mariée et la mariée elle-même.
Mimilia tentait d’imaginer la robe et la coiffure de la belle. En tout cas, elle était fière Mimilia d’unir ces deux-là. Elle avait préparé la cérémonie et tentait de ne pas avoir trop le trac. Elle paraissait sur d’elle et confiante extérieurement, mais elle avait toujours une pointe d’appréhension quand elle mariait les gens. Les présents sont maintenant dans l’édifice, Mimilia cherche du regard les arrivants qui vont suivre. Jouant à merveille son rôle d’accueil… qui n’est pas son rôle d’ailleurs mais elle aime bien !
Jenifael a écrit:
[rp]Jeni arriva enfin a la primatiale hors d'haleine, pas question d'être en retard ce rôle revenait a Lilith. Bon en même temps ésperons qu'elle le soit pas en retard justement la belle mère.

Avec un sourire mutin collé sur son visage, elle entra dans la primatiale et admira la déco qu'elle et les mamettes s'étaient décarcassées a faire dans des délais on ne peut plus court.

Jeni pouffa de rire en imaginant la tête de Miss a la vue des tonneaux qui allaient servir de chaises, des fleurs, branches et feuilles de pruniers qui ornaient les bancs ( vi y'a que les mariés qui ont droit aux chaises tonneaux ) et surtout de la façon dont elle présenterait les anneaux aux jeunes époux.

Discrètement elle avait même remplacée les fleurs du voile de Miss pendant qu'elle lui mettait (c'est vous dire que ce mariage serait sous le signe de la celèbre prunavampi) avant que celle ci décide finalement de se passer de voile pffff.

Bon se dépêcher de remettre de l'ordre dans sa tenue, un témoin débraillé ça le fait pas, un recoiffage express et la voila fin prête a annoncer l'entrée de la future épouse au bras de son patriarche de papounet.

Viken est déjà la, attendant impatiemment et anxieusement l'arrivée de l'amour de sa vie. Sur son visage un instant on avait pu lire une furieuse envie de fuir avant qu'un sourire béat n'étire sa bouche sans doute a la pensée de sa chère et tendre.

Bref, il était grand temps de commencer et Jeni après une bonne respiration avança dans la nef, semant derrière elle des pétales de fleurs.

Restait plus qu'a attendre la star du jour et a ésperer qu'un bouton ne s'était pas décousu, qu'elle ne trébucherait pas et arriverait sans encombre devant l'autel.

[/rp]
Valmyre a écrit:
Après avoir déposé et défait ses paquets en vitesse, Valou se changea et fila en trombe à la primatiale pour assister au mariage de son amie Miss.
Lorsqu'elle entra, il y avait déjà pas mal de monde et Val eu un peu de mal à retrouver le crâne de son frangin Fyn parmi tous les convives.
A côté de lui, elle vit Sisoue, Zab et Ob ses vieux amis de Felger ainsi que Marianne qu'elle avait vraiment envie de revoir depuis longtemps.
D'un pas décidé, elle remonta pour aller se trouver une petite place à leurs côtés.

Demat les amis! J'arrive juste à temps!
Vont bientôt arriver les futurs mariés?
Zakarine a écrit:
Après avoir lâché ses livres, Zakarine se prépara au mieux pour assister au mariage de la Miss de Bretagne et de son futur époux.
Bien que la mariée lui avait écrit que ce serait une cérémonie sobre, elle avait l'impression que le Duché en entier était là.
Il ne fallait pas oublier que Missanges était très appréciée, la Trégorroise trouvait donc normal que tant de monde se soit déplacé pour l'occasion..

Elle pénétra dans la Primatiale et vit ses amis déjà installés de l'autre côté de l'église. Elle les salua de loin, puis s'assit tranquillement sur le banc en attendant l'entrée des héros du jour..
Doolive a écrit:
Doolive arriva sur le parvi de l'église pour la célébration du marraige de sa marraine Miss. Il était un peu en retard malgré que cela faisait maintenant 2 semaines qu'il avait débarqué dans sa ville natale pour voir sa soeur Val et son futurt époux Wari et bien sur Miss et vik...

Il entra regarda la magestueusité des ce lieu immmense. il salua mimi et alla voir son frêrot de coeur Lav...

Doo le bisouilla et regarda à coté de lui pour voir s'il était seul...


- Alors comment vas - tu grand frère, tu pourrais répondre à tes courriers!!!

Il lui souria et alla s'assoir à coté de lui en Bisouillant au passage sa soeur Val en attendant la suite et l'arrivé de la futur mariée...

[/img]
Missanges a écrit:



Et c’est ainsi, la main sur le bras de mon père, affublée d’un ‘’œil’’ de pigeon au milieu du front dont certains pourraient qualifier de troisième œil, que, je gravis rayonnante de bonheur les marches de la primatiale afin de poser mes pieds devant les portes de celle-ci.

Mimilia était là, ses deux mains posées sur le livre des vertus. Ouf ! Tout allait bien. Plus de bateau, plus de passerelle, juste la nerf centrale. Quel cauchemar tout de même ! Mais pour l’instant Mimilia était là devant nous radieuse, nous attendant. Fidèle à son habitude, se tenant devant les portes saintes pour nous accueillir.

La mariée peut faire ce qu’il lui plait… Et avant de pénétrer dans la primatiale je déposai une bise sur ses joues.
Merci Mimilia, tu es radieuse…

La primatiale, imposant édifice de pierre grise grouillait de monde. De ses vitraux haut perchés filtrait une douce lumière venant éclairer de ses couleurs multicolores les scultures de pierre.
Une musique entraînante s’éleva, certains membres du clan jouaient chacun d’un instrument derrière l’autel.

https://www.youtube.com/watch?v=eUm7Sl0hJXg

Les doigts de mon père posés sur mon bras exercèrent une légère pression m’intimant par ce geste, qu’il était temps d’avancer. Pas de chapelle au clan, pas de bateau, mais tout de même une musique qui donnait envie de danser. Emportée par ce rythme tout en regardant la réaction de mon père ! Nous avançâmes tapant du pied dans un clin d’œil complice.

La primatiale avait été décorée d’une façon curieuse pour un mariage. Jeni avait voulu s’en occuper personnellement et, n’est pas décoratrice qui veut ! Un bouquet formé de feuilles de prune d’où quelques fruits retombaient en cascade était posé sur le montant de chaque banc proche de la nef centrale. L’allée jusqu’à l’autel était recouverte de ces même feuilles verdissantes et … et … Elle avait osé…Deux tonneaux trônaient devant l’autel pour les futurs époux en guise de sièges…

Mes pas avaient envie de se laisser entrainer par la cadence de cette musique et pourtant j’avançai doucement. Le bas de ma robe ondulait légèrement, caressant mes chevilles. Je pris le temps de saluer les personnes présentes sur mon passage. Chacune avait pris de son temps, chacune avait délaissé leurs occupations se rendant libre pour être présentes parmi nous et cela contribuait à rendre cette cérémonie radieuse.
Bon sang ! Jeni avait serré le corset et j’avais de la peine pour respirer. Non ce n’est pas le stress c’est le lacet. N’est pas habilleuse qui veut !

Toujours le sourire aux lèvres Sanzi était là… Mika et Val malgrè leur peine… Roxanne qui faisait ainsi une répétition à sa future cérémonie… Propatrick et Tadeus deux fidèles amis… Marianne ma filleule toujours présente… Idana dont le temps n’avait pas d’emprise sur elle, toujours aussi jolie…Bidulette et Grunen deux voyageur mais toujours dans mon cœur… Zabou autant irrésistible, qu’intraitable ! Je souris en pensant à la façon dont elle avait sondé le cœur de Viken…Maira les plus beaux poumons de Bretagne, ben oui c’est ainsi…
Une colline !… Un pic ! … Un mont !… Que dis-je, une montagne était là, sa Grâce Coldtracker…Grump ! Mon ami Lavatar, mon nez se plisse de joie le voyant…Mon regard se pose sur mes amis Fyn et Valou, puis sur les mains de Fyn, lui aussi a osé. Mes yeux s’agrandissent en lui faisant comprendre que je n’en veux pas de son bocal…Pas de besoin de la lumière des vitraux pour illuminer la primatiale, c’est de son naturel regard qu’elle pétille mon amie Zaka est là…Mon filleul Doolive que mon cœur se ravit de voir à chaque fois…

Un sourire à tous et….

Et soudain je le vis devant l’autel me regardant tendrement. Une douce sensation m’envahit lorsque nos yeux se rencontrèrent. Grand et svelte, il paraissait encore plus grand que d’habitude. Il était magnifiquement beau dépassant les critères de la beauté masculine. Si !
Le bras de mon père glissa du mien et il s’éloigna lentement allant rejoindre sa récente épouse Lilith.
Ma main vint dans celle de l’homme debout devant l’autel.
Celui que mon cœur avait choisi.
Celui qui bientôt deviendrait mon mari pour le restant de mes jours.
Celui avec qui l’avenir se présageait être rayonnant.
Celui avec qui je voulais des enfants.
Celiano80 a écrit:
Hop hop du nerf, y'a un mariage aujourd'hui ! Et voila Cel qui arrive devant l'église. C'est bien là au moins ? Oui c'est bon... Y'a déjà du monde !
Il rentre discrètement, saluant les personnes présentes, et souriant à ceux qu'il connaissait notamment Val, Wari, le futur marié et la future mariée bien évidemment.
Puis il aperçut Doo et Lav et alla les rejoindre tout en leur glissant un " Demat, comment ça va".
Bon, il n'y avait plus qu'a attendre maintenant.
Lavatar a écrit:
La mariée était délicieusement ravissante... Elle marchait pleine de grâce et de noblesse vers les fûts et son futur mari, que Lavatar ne croyait pas connaître.. Il espérait faire connaissance plus tard dans la journée...

Tout à coup, une tape dans le dos...


- Alors comment vas - tu grand frère, tu pourrais répondre à tes courriers!!!

Le légionnaire se retourna... Tiens , un autre légionnaire !

— Doooo ! héhé, toujours à côté de ta soeurette ! Du courrier ??? Je vais voir tous les jours mon pigeonnier pour mon omelette du matin et j'ai rien vu venant de toi ! Groumpf ! Etrange.... * rires * et que me disais-tu de si important dans ton courrier, mon frérot ?

Lavatar se poussa pour laisser place à Doo et se pencha pour faire un pied de nez moqueur à Idana...

— Tu as vu ? Missanges éblouit par sa beauté ! Connais-tu son promis ?
Stefanouch a écrit:
Stefanouch venant de finir de célébrer le baptême de Jenifael et Blotus 1er accourut pour assister au mariage de Missanges. Sa chère amie depuis e nombreuses années. Qui avait été la marraine de nombreux fidèles, d'ailleurs présents en ce soir solennel.
Elle courut avec la jeune fiancée afin de lui plaquer 2 grosses bises sur les joues.
Viken a écrit:
Il la vit entrer et son coeur se mit à battre plus fort, plus violemment. Il ne voulait montrer trop d'émotion devant tous les invités qu'il était loin de connaitre tous. Il savait qu'il les saluerait tous plus tard, lorsque la tension serait retombée.

Elle s'avança lentement, accordant un regard à chacun d'eux. Il reconnaissait bien là sa façon d'être et en fut d'autant plus fier.
Elle arriva près de lui dans sa magnifique robe blanche et pour le coup, il se sentit un peu rustre à ses côtés.
Il avait voulu paraître simplement, juste en noir et blanc pour être en harmonie avec l'hymne du clan auquel il était heureux d'appartenir.




Il porta d'ailleurs son regard vers son futur beau père à qui il devait tant, avant de revenir vers sa douce et tendre promise. Il la laissa se placer à ses côtés et effleura sa main de la sienne.
L'heure était venue, encore un peu de patience et ils seraient enfin unis pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manoir.actifforum.com
Admin
Admin


Messages : 1123
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: Mariage de Missanges et Viken ( 14 avril 1459 )   Sam 9 Juin - 14:42

Zabou a écrit:
Et zouippppp, une glissade sur le banc pour laisser les amis s'installer, échanges de bises, sourires et tout ce qu'il faut. Les rangs se resserraient ou alors c'était Fyn qui prenait autant de ventre que sa jolie fiancée?

Nouveau zouiiiiiiiiiiip!! Val qui arrive, en super forme, on s'resserre encore.. D'autant plus qu'au bout du banc trône un bocal au contenu mystérieux. Au loin Zak , qui préférait visiblement continuer à ignorer ce que contenait le dit bocal.

Toujours est-il que la Primatiale semblait vivante, habitée par tous les amis et parents des jeunes mariés. Jeunes mariés qui enfin se décidaient à reporter leur nuit de noce pour après la cérémonie!

Et leur entrée valait l'attente! Tout d'abord, un Viken, droit et fier comme un I majuscule, dans son costume immaculé. La classe, pas à dire, la classe!

Et là!! enfin!! La Mariée!! comment elle était belle!! sa tenue drapant une silhouette si féminine!! Elle resplendissait de sourires. La suite?, bah tout le monde l'attendait...Et zab fit comme tout le monde.
Lilith_de_kerdren a écrit:
Il y a-t-il plus beau jour, que celui ou l’on marie ses enfants ?

Missanges, ma petite perle n’était certes pas sortie de mes entrailles mais elle était tout de même comme mon propre enfant, le regard que je lui porte est bel et bien celui d’une mère.

Nonobstant la chute que j’avais faite, j’avais prise la route avec la famille et les amis pour me rendre a rennes, bien sur je n’avais point obtenue d’avis favorable des médicastres…en même temps vu…elles n’auraient rien pu dire….elles étaient du mariage aussi…

C’est donc sous bonne garde (merci lauralyne) que je grimpai les quelques marches pour rejoindre le parvis de la Primatiale…Kirstenn me tenant la main et Arwenn qui, revenant d un voyage, voulait absolument saluer sa diaconesse de marraine.

Après mon fils, se fut a mon tour de saluer mon amie de toujours, bien que nous n’avions plus l’occasion de nous voir comme avant …je pensais bien souvent a elle…et c’était un plaisir de la voir officier se mariage.
Une fois fait, j’avançai le long de la nef, pour me rendre dans les rangs réservés a la famille, bien sur toujours sous bonne garde.

Mon cœur se ravit en apercevant ma Miss, elle était magnifique…

Rejoignant mon époux nous pouvions enfin aller nous assoir.
Alwenna. a écrit:
Arrivant a mon tour, a la Primatiale, a la traine comme toujours, ça c'est de famille bien sur, je monte le parvis,jette un regard circulaire sur tout le mondeet aperçois, la troupe de joyeux drilles que sont Lav, Doo, et Cel, je me glisse prés d'eux poussant leur fessier.

Hep faites moi une place tudieux!! dis je en chuchotis.

J'arrive enfin a me poser entre Doo et Lav, et me penche vers Lav

Elle ou ma Lili, j'ai eu oui dire qu'elle avait fait une chute tu vas voir comment je vais te la remonter elle!! elle a beau être la grande elle va se faire gronder.

Je souris a tout le monde

Et vous les amis vous allez bien? Elle est magnifique la mariée n'est ce pas? Quel beau jour et quel magnifique couple.
Henri_de_plumaugat a écrit:
- Dis papa, pourquoi est-ce qu'on s'habille bien aujourd'hui ?

- Dis papa, où on va ?

- Dis papa, ...


Alors qu'Henri et Pailette essayait d'habiller leurs enfants pour le mariage de Missanges, Violette n'arrêtait pas de poser des questions. En soi, ce n'est pas un problème, mais elle pensait tellement à ce qu'elle disait qu'elle en oubliait de s'habiller. Quand à Joseph, il préférait s'amuser plutôt que de mettre sa belle petite chemise. Tout ceci fait que, malgré son horreur d'être en retard, Henri arriva avec toute la famille alors que les mariés étaient déjà là. Il entraina tout le monde à l'intérieur de la Primatiale et prirent tous place sur un banc.
Marianne_dezyelinski a écrit:
Peu à peu, les invités arrivaient et se saluaient les uns les autres. Puis le marié arriva. Le moment de prendre place dans la primatiale était venu. Marianne profita de l'arrivée de son amie Val pour la suivre à l'intérieur, la bisant au passage elle et son frère Fyn.

- Demat Val, Fyn! Comment allez-vous tous deux?

Mais la mariée fit son entrée peu après et le silence se fit, laissant la place à la musique et aux retournements de têtes à son passage, la mariée étant splendide dans sa robe malgré une drôle de marque sur son front.
Marianne se tint coite, lui faisant juste son petit clin d'oeil habituel au passage, et attendit la suite de la cérémonie.
Sanzillusion a écrit:
Du fond de la primatiale où elle se tenait, Sanzi vit entrer la petite famille Plumaugat.
Une immense joie l'envahit et spontanément, la jeune fille se leva pour les saluer.
Elle chuchota :
"Demat Henri, Demat Paillette, Demat les enfants. Quel bonheur de vous revoir. Belle journée, n'est-ce pas ? "

Elle allait se rassoit à sa place quand elle vit passer une cornette. Elle tenta de se cacher mais en vain. L'oeil de la religieuse l'avait harponneée. Elle était fichue.

L'imposante religieuse s'approcha. Affolée, Sanzi chercha une issue. Hélas, que faire ? Elle ne pouvait décemment pas courir dans l'eglise. ça non.

La nonne, sure d'elle, s'approchait irrémédiablement.
La jeune fille tenta une échappatoire :
"S'il vous plait, laissez moi assister à l'échange des anneaux. Après je vous suivrai, promis." supplia-t-elle.
Mais, rien n'y fit. La Soeur, déterminée secouait énergiquement la tête, insensible à la supplique.

Alors, l'effrontée la brava :
"Si vous me laissez pas, je crie !" défia-t-elle, inspirant profondément pour prouver qu'elle de plaisantait pas.

Avant qu'elle ait pu prendre tout l'air voulu, le battoir qui servait de main à la nonne s'abattit sur la bouche de la Sanzi, lui obstruant par là même les voies nasales.

Sanzi eut juste le temps d'avoir une pensée pour futurs mariés, leur envoyant tous ses voeux, puis elle tourna de l'oeil.

Quelques instants plus tard, la religieuse traînait derrière elle, par le col de sa chemise, une jeune fille inanimée.
Direction le couvent.
Missanges a écrit:
Après avoir embrassé Mimilia, celle-ci nous avait ouvert l’allée centrale de sa gracieuse main et nous étions rentrés.
Mais avant de tenir sa main, d’être à ses cotés, la nef m’avait paru interminable. Interminable en longueur tant j’avais hâte d’être auprès de lui.

J’avais reçu deux bises de mère Stéfanouch, fidèle amie, qui après avoir officié deux baptèmes comptait sûrement se reposer un peu en attendant de trinquer à la fin de la cérémonie.
J’avais bien surpris le manège d’Alwena rejoignant les gais lurons, formés par la joyeuse bande de Doo, Lav et cel. Ce dernier m’avait fait la joie et la surprise de venir à Kastell. De chaque côté du banc cela se bousculait Alwenna donnant de son popotin pour se faire une place et de l’autre coté Zabou en donnait aussi pour resserrer les bancs !
Cela promettait tiens !
Je vis la belle famille Plumaugat dont Nuage était l’élément qui avait permis cette belle amitié entre nous.
Puis une agitation se fit soudain et Sanzi du regagner son couvent le douzième coup de minuit étant passé…

Lilith ma seconde maman était là aussi. Heu…à bien y réfléchir peut être. J’ai eu une maman biologique dont le souvenir s’estompait de plus en plus. Mirwen de Brignac ma maman adoptive, les Mamettes, Lilith…
Quelle chance d’avoir ou d’avoir eu tout cela autour de moi !
Lilith qui depuis son mariage avec mon père remettait un peu les pendules à l’heure au moulin. Un peu de modernité dans l’esprit des Mamettes qui n’osaient du coup pas contredire Madame de Kerdren. Doucement par sa gentillesse, elle avait gagné le cœur de tous les résidents du moulin et le mien y compris.

Ma main dans la sienne, nous nous regardions tendrement attendant que la voix de la diaconesse Mimilia résonne dans le chœur de la primatiale pour nous unir.
Il était là, merveilleusement grand
Il était là, merveilleusement beau.
Idana a écrit:
Pas un mot , il était muet le curé et Idana remit ses chausses en regardant entrer la foule. Zabou qu'elle n'avait vu depuis si longtemps, puis d'autres encore et elle se sentit tout petite dans son coin, devant ce beau monde.

Ahhh des têtes connues ... son futur parrain Lav qui n'eut pas le temps de venir jusqu'à elle et à qui elle tira la langue en douce en retour de son pied de nez, puis Céliano qu'elle connaissait depuis peu, et à qui elle fit un petit signe sans qu'il la vit.


Monte sur le banc on te verra mieux !
ça va pas non ? que dirait le curé ?

On aurait dit qu'il dormait à moitié Tadeus et elle eut envie de le secouer une seconde.

Mais une musique s'éleva dans la primatiale et Idana se leva pour regarder entrer Miss ... mazette comme elle était belle ! si belle que son regard se déplaça vers le futur marié qui l'attendait près de l'autel juste à temps pour voir sur son visage son éblouissement.


Soupir .....

T'as quoi ?
c'est beau hein ?
Oui ça te fait envie ?
J'ai pas trouvé de crapaud encore !

Enfin elle y croyait pas trop non plus à ces histoires à dormir debout de crapaud se transformant en prince charmant après un baiser ... allez donc embrasser un crapaud dégoutant et tout gluant, ça donne pas envie du tout ça ! bon enfin bref revenons à nos ... futurs mariés !

Elle répondit d'un petit geste de la main au sourire de Miss passant non loin d'elle, se souvenant des bons jours passés à St Pol auprès d'elle. La vie s'écoule et les meilleurs amis restent !
Mimilia74 a écrit:
Mimilia sourit, Elle bisa Lilith et resta bouche bée devant son filleul, Diantre qu’il avait grandi, elle prendrait quelques jours en mai pour aller le voir et voir sa meilleure amie à Kastell Pol.
Mimilia vit la belle du jour arriver avec son père, elle les salua, bisouilla Missange. Et les devança pour entrer dans l’édifice. D’un signe de la main elle fit partir la musique. Et attendit l’arrivée devant elle de Missange. Qu’est-ce qu’elle était belle, le moment était magique. C’était pourtant le même pour tous les mariages… bien que la musique soit tout de même plus entrainante que les autres. Mimilia tape du pied pendant la lente remontée de Missange, si elle ne savait pas se tenir elle aurait esquissé quelques pas. Missange est maintenant là. Doucement la musique s’estompe, Mimilia toussote afin de faire taire l’assemblée. Un grand silence plane donnant à cette cérémonie une tonalité toute solennelle. Mimilia prends la parole.


Demat d’an Holl,
Bienvenue en ce 15 Avril 1459, au mariage de Missange et Viken.
Nous allons commencer tranquillement.

J’ai trouvé un texte la semaine passée, que je trouve joliement formé. Et parfaitement adapté à ce sacrement, oui parce que nous sommes en plein sacrement, c’est important !


Elle éclaircit la voix et lit le texte.

Citation :
Hagiographie de Saint Valentin

On ne sait que peu de chose de la vie de Saint Valentin avant l'an 268, si ce n'est qu'il était prêtre aristotélicien à Rome et exerçait tranquillement son sacerdoce depuis de nombreuses années.

C'est en cette année qu'arriva à la tête de l'Empire Romain un nouvel Empereur dénommé Claude II. Or, ce rude militaire païen avait édicté une loi inique et barbare : sous prétexte de ménager les forces vives des jeunes gens en âge de combattre, il leur avait interdit le mariage. L'Empereur se justifiait en prétendant que les hommes qui étaient engagés dans une vie maritale et familiale devenaient de bien mauvais soldats car ils avaient alors des intérêts familiaux qu'ils ne pouvaient laisser derrière eux.

Or, le prêtre Valentin avait gravement contrevenu à cette prescription antinataliste. En effet, il bafouait ouvertement l'édit impérial en mariant à tour de bras tous les jeunes gens qui lui en faisaient la demande, son église étant envahie de couples d'amoureux...

Aux jeunes gens amoureux qui venaient voir Valentin, celui ci leur disait :
Citation:
Dieu a créé l'homme et la femme pour qu'ils forment un couple.
Or, le Bonheur ressenti par les couples amoureux est divin, car il vient de Dieu.
Si vous avez conscience que l’amour que vous vivez a sa source en Dieu, que vous vous aimez de l’Amour de Dieu, par l’Amour de Dieu, quoi de plus normal de Lui dire votre reconnaissance, en vous unissant devant lui, dans son Eglise par le sacrement du Mariage.
Dès lors, le jour de votre mariage, votre passage à l’église sera une action de grâce à Dieu : car votre amour a sa source en Dieu et ce sera Lui qui sera le centre de la célébration religieuse.


Quoi qu'il en soit, le bon prêtre Valentin, sans doute dénoncé par quelque prétendant évincé, fut amené à comparaître devant l'empereur Claude.

Ce dernier lui demanda "Qu'est ceci, Valentin ? Pourquoi n'obéis tu pas à mon édit qui proscrit le mariage ?"

Ce à quoi Valentin répondit :
Citation:
"L'homme et la femme unis par un amour pur et désintéréssé doivent être mariés, car, par le mariage, qui est l'un des sacrements divin, c'est Dieu lui-même, source de tout amour, qui est glorifié. En me demandant de renoncer à marier ceux qui s'aiment, tu me fais aller contre Dieu, et cela je ne le peux.
Si tu connaissais la grâce de Dieu, tu ne parlerais jamais ainsi, mais tu renoncerais aux idoles pour adorer le vrai Dieu qui est au soleil."


Alors le Préfet de Claude prit la parole "Qu'as-tu à dire, Valentin, de la sainteté de nos dieux ?"

Valentin lui répondit :
Citation:
"Je n'ai rien à dire, sinon qu'ils ont été des hommes misérables et souillés en toute manière."


Devant cette envolée blasphématoire aux yeux du païens Claude, il appela un de ses plus cruels officiers, appelé Astérius, et lui ordonna de l'emmener hors les murs afin de le décapiter.

Astérius ne put retenir une grimace de dépit. De longue date, il avait promis à son épouse, une commère plutôt du genre acariâtre, de passer cette soirée-là en famille. S'il ne rentrait pas en temps et heure, Madame l'officière allait encore imaginer des tas de choses !

Il se décida donc de ramener Valentin chez lui et de s'occuper de son supplice le lendemain.

Mais quand Valentin fut entré dans la maison de cet homme, il dit :
Citation:
"Seigneur Dieu, vous qui êtes la véritable lumière, éclairez cette maison, afin que vous y soyez reconnu comme le vrai Dieu."

L'officier surpris lui dit : "Je suis étonné de t'entendre dire que ton Dieu est la lumière. Si ma fille, qui est aveugle depuis longtemps, recouvre la vue, je ferai tout ce que tu me commandera."
La jeune fille fut donc amenée à Valentin, qui, lui mettant la main sur les yeux, fit cette prière :
Citation:
"Dieu Créateur de toute chose, permet à cet enfant de pouvoir contempler ce qui est la beauté de Ta création, car les choses sont des copies des Idées."


A ces paroles, elle reçut aussitôt la vue, et Astérius et sa femme, se jetant aux pieds de leur bienfaiteur, le supplièrent, puisqu'ils avaient obtenu par sa faveur la connaissance du Dieu vrai, de leur dire ce qu'ils devaient faire pour se sauver. Le Saint leur commanda de briser toutes les idoles qu'ils avaient, de pardonner à tous ceux qui les avaient offensés, et enfin de se faire baptiser, leur assurant que, par ce moyen, ils seraient sauvés. Astérius fit tout ce qui lui avait été commandé, délivra les Aristotéliciens qu'il tenait prisonniers, et fut baptisé avec toute sa famille, qui était composée de quarante-six personnes.
Valentin qui se lia d'amitié avec la fille d'Astérius lui offrit alors des feuilles rappelant la forme d'un coeur qu'il signa: De ton Valentin.

Malheureusement, l'empereur, averti de ce changement, craignit quelque sédition dans Rome, et fit prendre Astérius et tous ceux qui avaient été baptisés, et les fit mettre à mort par diverses sortes de tourments.

Pour Valentin, le père et le maître de ces bienheureux enfants et disciples, après avoir été longtemps détenu en une étroite prison, il fut battu et brisé avec des bâtons noueux et finalement fut décapité sur la voie Flaminienne le 14 février de l'an 270.

L'Empereur Claude fut puni par Dieu pour ce massacre, et mourut de la peste dès le mois d'août suivant.

Et c'est pour honorer son sacrifice pour l'amour que Valentin est canonisé et choisi comme Saint Patron par les Amoureux.

Au XIème siècle, le chef de saint Valentin, fut apporté à l’abbaye de Jumièges, du diocèse de Rouen; Baudry, évêque de Dol vers 1020, a fait le récit de cette translation et des miracles qui l’accompagnèrent.

Mimilia marqua une pause pour reprendre son souffle.

Le moment est important, après mainte discussion j’ai pu vérifié la véracité de votre amour, et je sais que le lien entre vous est fort. Et heureusement, car on ne dissout pas la promesse que vous allez vous faire d’un revers de la manche, c’est un engagement devant le Très Haut. Si vous voulez arrêter là il est encore temps.

Mimilia laisse planer un grand silence. Personne ne semble vouloir réagir.
Elle enchaine donc.


Bien. J’aimerais que les témoins des mariés s’approchent.
Gwilherm a écrit:
C'était le grand jour. Non point pour Gwilherm, mais pour un de ces vieux amis, Viken. Bien sûr, le futur époux n'était pas si vieux que ça, mais cela faisait maintenant un bon moment qu'ils se connaissaient tout deux. Ils s'étaient trouvés être deux Bretons en Flandres et cela avait inévitablement tissé des liens ! Quand le Bréhatin avait enfin pris la décision de rentrer dans son pays, il avait proposé à son camarade d'en faire de même.

Ce retour aux sources bouleversa la vie de deux hommes. Le mariage qui se célébrait aujourd'hui, était le fruit de ces bouleversements. Viken avait un jour croisé le regard de Missanges, dans une taverne de Saint-Pol, et il n'avait eu de cesse, depuis cet instant, de penser à la rousse demoiselle. Le soldat avait su forcer le destin et aujourd'hui, ils allaient tous deux unir leurs vies.

C'était donc le grand jour pour les deux amis du Bréhatin, car Missanges en était devenue une également. Et sans être LE grand jour pour Gwilherm, ça en était tout de même un important, puisqu'il se trouvait être le témoin du marié. Pour être à la hauteur du témoignage de confiance qui lui était fait, il s'était habillé de manière plus que convenable, avec des vêtements de la meilleure qualité possible.

Malgré l'importance du rôle qu'il avait à tenir, Gwilherm n'avait pas réussi à être en avance, ce fut donc sur le fil du rasoir qu'il pénétra dans la Primatiale de Bretagne. Dès la porte passée, il eut la désagréable impression que des regards accusateurs étaient braqués sur lui, pour lui faire porter le poids de cette tardive arrivée. Cette sensation dura pendant tout le long, très long, temps qu'il mit à parcourir l'allée centrale du majestueux bâtiment de foi. Finalement, il arriva à la place qui lui était réservé. Il y en avait même deux... Un léger sourire s'esquissa sur son visage. Peut-être les futur mariés avaient-ils pensé à la possibilité qu'il vienne accompagné. Secrètement, le Bréhatin espérait qu'une frêle silhouette se faufile dans l'édifice et vienne s'assoir à ses côtés...

Alors qu'il s'installait en faisant le moins de bruit possible, le Harscouët vit se retourner les futurs époux, il les salua d'un regard et d'un léger sourire gêné. Il était là à temps, c'était l'essentiel. À peine installé, la cérémonie commençait...


Mimilia74 a écrit:
Bien. J’aimerais que les témoins des mariés s’approchent.

Et à peine assis, il devait se relever. Il s'approcha le plus discrètement possible de la diaconesse puis se présenta.

Gwilherm de Harscouët. Je suis le témoin du marié.
Blotus1er a écrit:
Blotus arriva à son tour dans la Primatiale de Bretagne, l'edifice etait imposant, les personnes déja nombreuses, et il lui fallut quelques temps pour se reperer un peu.
Il eprouvait une grande emotion à être là en cet instant, il allait assister au mariage de sa soeur, une soeur qu'il admirait, qu'il aimait tant. Et puis Viken aupres de qui , il avait le sentiment q'une amitié forte etait en trin de naitre.
Il fit quelques signes de tete, serra des mains, et tout au bout, non loin de l'autel, la famille de Kerdren qui se regroupait.
Blotus s'avança, traversa la primatiale le plus discretement possible pour ne pas deranger la ceremonie qui avait débutée.
Puis des visages familiers, Lillith, Peter, Kirsten et puis Jeni qui lui avait réservé une place.
Il s'installa à son tour et apercut Miss dans sa belle robe blanche. Viken etait lui aussi d'une grande elegance.
Il essaya de croiser leur regard et leur adressa un petit sourire.
Viken a écrit:
Ils étaient là, se tenant la main devant Mimilia. Derrière eux ils sentaient leurs amis et leurs proches. Il était réconfortant de se savoir épaulé en pareil moment.
Un mariage n'est pas un acte anodin. Il le savait d'autant mieux qu'il s'y était si longtemps refusé. Même l'idée lui paraissait inconcevable. Aujourd'hui pourtant, elle devenait évidence. Un seul des regards de Missanges suffisait à lui prouver combien il ne se trompait pas.

Mimilia appela les témoins et le coeur de Viken fit un bond. Pourvu que ...
Un bruit derrière lui les fit se retourner, et ils virent arriver Gwilherm la bouche fendue d'un de ses sourires dont il avait le secret.
Viken ne put réprimer un soupire de soulagement, son ami était là et bien là, comme il l'avait souvent été.

N'ayant pas le temps de se retourner que Blotus entra à son tour et Viken lui rendit bien volontiers son sourire avant qu'il n'aille prendre place dans les rangs réservés à la famille. A n'en pas douter, ces deux là étaient faits pour s'entendre.
Avant de reprendre sa place, il jeta un regard plein de bienveillance et de tendresse vers Lilith et Jenifael. Plus tard, il leur dirait à quel point il les remerciait.

Il avait d'ailleurs hâte d'aller saluer chacun des invités, ceux qu'il connaissait déjà comme ceux qu'il apprendrait à connaitre.
Il sourit en songeant que Miss et lui avaient encore tant de choses à vivre ensemble, qu'une vie n'y suffirait peut être pas.
Jenifael a écrit:
Son amie était resplendissante dans sa robe. Pendant qu'elle avançait au bras de Peter, des rayons de soleil, filtrés par les vitraux de la primatiale, venait se poser sur elle, l'auréaulant d'une douce lumière. Pas de doute, elle portait bien son nom et c'est effectivement un ange qu'on avait l'impression de voir avancer.

La cérémonie commença et Jeni se concentra sur les paroles prononcées par la diaconesse. Un mouvement lui fit tourner la tête et elle sourit, l'homme qu'elle aimait était arrivé et s'asseyait discrètement a ses côtés a la place qu'elle avait gardé pour lui.

Le sermon continuait puis les témoins furent appelés. Gwill a peine assis se leva ainsi que Jeni et ils se présentèrent devant la diaconesse.

Gwilherm de Harscouët. Je suis le témoin du marié.

Jenifael, témoin de la mariée.
Peterpan31 a écrit:
Peter était fier de conduire celle qui était une femme à présent, accomplie et vertueuse entre tous en Bretagne. Elle avait su contre vents et marées s'imposer, la petite Miss, l'orpheline, par sa combativité, son engagement ed tous les instants et surtout, cadeau rare et précieux que la nature lui avait accordé : sa sincérité.

Vêtu autrement que de verts pour l'occasion, il l'avait conduit, les yeux brillants, jusqu'à l'autel, vers celui qu'elle avait choisi.




Il ne dit pas un mot de plus à Vik, mais lui serra la main, entre ses deux poings, pour lui signifier quel passage de témoin s'effectuait à présent. L'avenir de ces deux là allait être radieux. Cela ne pouvait être autrement.

Il s'en retourna, et rejoint Lilith, à qui il ne voulait montrer son inquiétude, même si sa chute quelques heures auparavant, avait ravivé chez lui des souvenirs noirs enfouis.
Alwenna. a écrit:
Je regarde les arrivants, souriante et me faisant silencieuse, quand je vis mon beau frère arrivé, et la surprise Peter en rouge et non pas en vert, hé bien il va neigé en Bretagne en plein été bientôt, mon regard se poursuit et se pose sur la jolie blonde a coté de laquelle Peter s'est assis, ma sœur, Dieu qu'elle est ravissante, bien que je sois folle d'inquiétude pour elle, et qu'es ce qu'elle me manque.

Je regarde un a un la bande de joyeux lurons, et leur sourit, et pose mes yeux sur Lav lui souriant, le sentant grincheux de pas avoir eu sa dose chouchenique, je pose ma main sur la sienne me penchant a son oreille

T'inquiéte pas tu vas l'avoir ta ration.


Je lui fais un clin d'œil et me concentre a nouveau sur la cérémonie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manoir.actifforum.com
Admin
Admin


Messages : 1123
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: Mariage de Missanges et Viken ( 14 avril 1459 )   Sam 9 Juin - 14:43

Alwen a écrit:
Il s'installa prés de sa Chipie. Invités au mariage , ils s'y étaient rendus avec plaisir.
Ainsi ils pourraient déjà repérer les lieux, et les endroits sombre ... humm bref.
Admirant les mariés , il jeta un coup d'œil sur sa tante qui semblait sérieuse quand même un peu trop à son gout. Qu'ils étaient beaux , les deux amoureux.
Alwen souriait tout en jouant avec les doigts de sa belle impatient d'être à leur place.
Pelotine. a écrit:
Décidément en ce moment elle avait la tête ailleurs , l'amour peut être ?
La baronne arriva donc au retard au mariage de Viken et Missange.
Viken qu'elle connaissait depuis un petit moment déjà était encore un inconnu pour elle , malgré qu'elle soit devenue en quelque sorte une voisine , ayant posé bagages dans la ville du jeune homme.
Missange , elle par contre , même si elles ne se connaissaient pas parfaitement , étaient passées par le même genre d'épreuves , le veuvage par exemple.

Une robe simple et légère avait été choisie par la compagne du témoin.
Elle avait eu raison , et se réjouie de passer inaperçue en accédant a sa plage réservée aux cotés du beau Gwilherm.
Une fois installée elle savoura la cérémonie , rêvant , d'un jour être a leur place.
Clochette a écrit:
elle avait longuement hesité , elle avait eté présente dans chaque étape de la vie de sa belle miss bon ou mauvais , heureux ou triste , aujourd'hui encore miss la voulait a ses cotés pour etre témoin de son amour pour viken , celebré devant aristot le trés haut ... la clo avait ecrit longuement a miss , lui expliquant pourquoi elle n'avait pas envie d'etre la cette fois , et miss avait compris ...
les jours passaient , et clo se morfondait , comment ne pas etre a ses cotés en ce jour si merveilleux pour elle ...

toute en discrétion , ne regardant personne clo etait entrée et avait traversé la primatiale , ses pas effleuraient a peine le sol , elle vint se placer pas loin de miss juste a coté de jeni , ainsi miss aurait bien ses deux temoins a ses cotés ..elle regarda doucement la future mariée , les yeux pleins d'admiration pour son bel ange , elle etait rayonnante , merveilleuse et si belle ... tendre sourire et petit signe de tête pour dire... je suis la ... la boule dans la gorge et le ventre noué ... les mains croisés sur le devant de sa robe , clo ne tourna la tete vers personne et sagement se mit a regarder ses pieds en attendant que ça passe petit piou bien sage lui aussi a ses cotés ....
Missanges a écrit:
Ecoutant avec attention les paroles de Mimilia. Combien de Saints avaient perdu la vie en louant les paroles d’Aristote, sûrement nombreux. Mais peu avaient été canonisé et aujourd’hui saint Valentin était cité dans notre mariage.
Que demander de plus, rien sinon entendre et écouter un texte référant au saint Patron des amoureux, en ce jour d’union…
Mes pensées se perdirent sur mes proches et ceux que j’avais apprécié disparus trop tôt. Sur les personnes ici présentes venant ou qui avaient perdu un être cher… Sur nos Saints de Bretagne dont certains reposés sous cette dalle…
Lorsque la voix de Mimilia résonna

Si vous voulez arrêter là il est encore temps


Ma tête se tourna vers l’homme qui tenait ma main et nos regards se croisèrent, s’illuminèrent. Chacun de nous voulant aller jusqu’au bout de cette union.
Un bruit de porte se fit entendre et le témoin du marié s’avança sous les regards de toutes les personnes présentes, suivi de la Baronne Trégastel, Pelotine pour les intimes et Pelotine le suivit, je lui souris…Je vis Alwen cherchant sa belle, pour sûr que bientôt il serait moins décontracté…Une tête dépassa soudain de derrière le témoin et mon frère apparut nous souriant. Cher frère, une famille unie qu’est la notre tout de même.
Mon regard se porta sur mon père ayant rejoint sa Lilith, il semblait pensif…Puis une poussière de fée se répandit dans la primatiale. Comme un soleil chassant des nuages gris, elle illumina les pierres grises de l’église. Ma main se tendit pour saisir la sienne, mes doigts se refermèrent sur les siens. Séquence d’émotion lorsque nos regards se croisèrent. Je regarde Mimilia
Tous les témoins sont là…
Marypole a écrit:
Quand elle avait reçu le pigeon porteur du faire part de Missanges, Mary avait souri.
Elle s'était assise sur un fauteuil et avait laissé son esprit vagabonder.
Missanges et son arrivée à Rennes, elle encore toute jeune tribun.
Missanges et ses jeux, sa prunavampi. Elle ne connaissait pas Mary cette boisson délicieuse et elle s'était même enivrée sous les yeux pétillants de la belle Missanges. Elle avait ri de voir arriver son père Peter Pan si léger, si sympathique et puis les jours s'étaient écoulés et...


Aujourd'hui, zouip... Primatiale !! Miss se mariait et l'heure était au sérieux et à la joie d'assister aux noces de son amie.
Elle arriva dans l'imposant édifice, reconnut quelques personnes qu'elle croisait régulièrement aux cérémonies ces derniers temps et s'installa sur un banc, s'imprégnant de l'ambiance de la cérémonie et un peu plus intéressée que d'habitude.
Elle se mariait, elle aussi bientôt et son attention se porta non seulement sur les toilettes et costumes mais aussi sur le déroulement et sur les mots de Mimilia qu'elle reconnut en officiante.
Rico3713 a écrit:
Rico revenait d’un séjour chez les moines quand Esmy lui annonça qu’ils étaient invités au mariage de Miss et Viken. Elle avait tout préparé, ils enfilèrent leurs plus beaux habits et prirent la direction de la primatiale.
Esmy à son bras, Rico poussa la lourde porte et voyant le monde il murmura.


Ben, je crois que l’on est en retard, on va se faire discret, hein.

Ils se glissérent sur le dernier banc tout en regardant Miss et Viken devant l’autel, main dans la main et souriant. Puis un regard balayant la salle pour apercevoir les amis, les néo-Rohannais Zab et Oban, Fyn, Val puis aussi Sanzi, ZAk, Bidulette et sûrement d’autres mais de derrière ils avaient du mal à tout voir.
Lavatar a écrit:
Lavatar était tout sourire... Il adorait les fêtes, et plus encore les épousailles, surtout quand ce n'était pas les siennes ! Il sentit la main d'Alwena le serrer... Son coeur se serra à son tour... Ils auraient dû être mariés à ce jour, et la mauvaise fortune en avait voulu autrement..

T'inquiéte pas tu vas l'avoir ta ration.

— héhé, pas si fort ! Tu vas me faire une de ces réputations ! Garde ma place, je vais saluer Tadeus et Idana ...

Le chevalier lui rendit son clin d'oeil et se faufila à travers les bancs pour porter la main sur l'épaule de Tadeus et celle d'Idana..

— Content de vous retrouver icelieu, les amis ! Tadeus, j'ai fait honneur à ta bouteille de vin.. Un délice... Quant à toi, Idana , j'espère te voir en pleine forme demain, pour ton baptême !

Il lui bisouilla la joue , sourit en voyant qu'elle avait des chaussures aux pieds et serra l'épaule de Tadeus...

—Alors, mon Père , que deviens-tu ? Voilà longtemps que je ne t'ai vu par Vannes ?
Clochette a écrit:
le regard de sa belle miss qui plonge dans le sien , pas besoin de mot elles se comprennent depuis toujours , une main qui se tend vers elle ,les mains se joignent , et clo serre doucement celle de sa miss , regard chargé d'emotion , ou les yeux se mouillent , le coeur de clo se serre trés fort et sourit doucement a la belle , merveilleuse miss dans sa magnifique robe , yeux si tendre et sourire apaisant .

elle ne regrette pas d'etre venue , d'etre la pour elle , qui est bien plus qu'une amie la voix douce de miss se fait entendre ... tout les temoins sont la .. comme si elle attendait cela la miss , sentiment de culpabilité en pensant qu'elle a faillit l'abandonner , puis sourire bienveillant ... clo est fiére oui fiére d'etre la , fiére d'etre temoin de l'ange de st pol , fiére tout simplement ...sourire apaisé pour miss , pour elle même , sourire inconscient tel qu'elle a toujours eté ... souriante a la vie .
Doolive a écrit:
Doolive profita de la place libre entre Al et Lav pour se rapprocher d'al en lui chatouillant les flancs.

- Heureux de te revoir Al, cela faisait longtemps!!!
Tu as l'air d'être en pleine forme dis moi, tu es radieuse.

Il la bisouilla discretement et tapa sur l'épaule droite de cel en li faisant un clin d'oeil.


Doolive ecouta la cérémonie et regarda la belle marriée. Il était si fier de sa marraine, elle était resplendissante. Il profita d'un regard furtif de viken pour lui faire un clin d'oeil...

Comme son frêrôt Lav, sa gorge commençait à se déssecher. Sa taverne de la légion était loin et fouilla dans la poche de cel afin de voir s'il avait pensé aux ravitaillements...


Mimilia74 a écrit:
Mimilia sourit, Parfait parfait.

Bien, voici donc le moment que vous attendez tous. Mimilia se tourne vers Viken

Viken, veux-tu prendre Missange pour épouse, dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec elle dans l'amour de chaque jour? Veux-tu faire dépendre ton bonheur de son bonheur et donner par l'exemple de votre union un signe visible de l'amitié de Dieu sur terre?
Viken a écrit:
Le moment était venu et Mimilia s'adressa à lui en ces termes:

Citation :
Viken, veux-tu prendre Missange pour épouse, dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec elle dans l'amour de chaque jour? Veux-tu faire dépendre ton bonheur de son bonheur et donner par l'exemple de votre union un signe visible de l'amitié de Dieu sur terre?

Il serra un peu plus fort la main de sa belle dans la sienne. Bien sûr qu'il le voulait, il n'avait d'ailleurs eu de cesse de l'espérer chaque jour un peu plus, cela et même bien plus encore.
Se tournant vers Missanges et plongeant son regard dans le sien, il déclara.


Oh oui ... je le veux !
Mimilia74 a écrit:
Mimilia sourit, elle ne doutait point de la réponse, mais la formalité devait être accomplie. Elle se tourna vers son Amie.

Missange, veux-tu prendre Viken pour époux, dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec Lui dans l'amour de chaque jour? Veux-tu faire dépendre ton bonheur de son bonheur et donner par l'exemple de votre union un signe visible de l'amitié de Dieu sur terre?
Liocea a écrit:
Extrèmement touchée par l'invitation de son amie, mais ne connaissant personne, Liocea se tenait discretement dans un petit coin pour assister à la cérémonie.
Elle était heureuse pour son amie et un tendre sourire ne quittait pas ses lèvres.

Le moment tant attendu était là, le silence était beau, poétique et dégageait infiniment d'amour. Liocea en frissonna en contemplant les heureux amoureux...
Missanges a écrit:
Les gonds de la porte de la primatiale avaient encore chanté sous l’ouverture de celle-ci. J’avais aperçu les silhouettes de Marypole et de Liocéa entrer. Mon visage s’était illuminé encore un peu plus. Le banc, le plus complet de l’église craqua sous le popotin de Rico voulant passer inaperçu ! Je souris voyant toute cette bande se serrer les uns contre les autres.

Une main dans celle de son futur mari et l’autre dans celle de Clochette, je reportai mon attention sur la réponse de Viken

Oh oui ... je le veux !

Puis Mimilia me regarda d’un tendre sourire et ce fut à mon tour.

Oui, je le veux

C’est de tout mon coeur Viken que je te prends comme époux.
Esmylady a écrit:
Et Esmy de s'étrangler en serrant la main de son partenaire et plantant ses ongles sans y prendre garde...

Une pensée pour nos défunts, une prière pour eux qui se joignent à nous de là-haut et sont partis trop vite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manoir.actifforum.com
Admin
Admin


Messages : 1123
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: Mariage de Missanges et Viken ( 14 avril 1459 )   Sam 9 Juin - 14:43

Stefanouch a écrit:
Mère Stefanouch sentit les larmes couler sur ses joues. Sa chère amie Missanges avait trouvé le bonheur et Stefanouch s'en réjouissait sincèrement.
Mimilia74 a écrit:
Moment émouvant s'il en est. Les Oui étaient échangés. Mimilia souriait, elle regarda Missange et elle sourit. La belle allait enfin pouvoir être heureuse. Et Mimilia savait plus ou moins par quoi elle était passé. Il est dur t'enterrer l'homme qu'on aime, il reste toujours dans son cœur. Mimilia connaissait ça. Elle avait enterré son mari et Tenorgon. Elle afficha un grand sourire au couple.

Bien où sont les alliances ?

Mimilia sourit, attendit les anneaux. Une fois qu'elle les eut en mains, elle les bénit. Et les tendit avec lenteur et solennité au couple.

Je vous laisse vous échanger ces anneaux, preuve, si il en est besoin, de votre amour et de l'engagement que vous venez de prendre.

Elle sourit et les regarda enfiler les anneaux.
Elle se permit de finir la cérémonie d'une façon un peu plus olé olé qu'à l'accoutumé.


Je vous déclare Mari et Femme.

Et Elle applaudit.
Et d'un signe de la main elle fit jouer en fond sonore l'orchestre breton.
Missanges a écrit:
Bien où sont les alliances ?

Je vis Jeni s’avancer fièrement tenant une bouteille de prune, nous souriant taquinement. Du goulot étincelait deux alliances.
Mimilia surprise de cet écrin de verre sourit à son tour et béni nos alliances



Ma main prit une alliance et je la passai lentement au doigt de mon mari en disant

Par cet anneau, je me lie à toi pour le meilleur et pour le pire. Par cet anneau tu deviens mon époux et je deviens ta femme. Par cet anneau tu es mien et je suis tienne. Par cet anneau nous ne formons plus qu’un. Qu’il soit le symbole de notre amour !

Viken a écrit:
Mimilia avait bénit les anneaux et nous laissait les échanger aux yeux de tous. Missanges passa l'alliance à mon doigt et nos regards se croisèrent.
Un frisson d'émotion me parcourut l'échine et je pris l'alliance.

Tenant la main de ma belle dans la mienne, je fis glisser l'anneau à son doigt en lui souriant. Puis à mon tour, je déclarais.


Par cet anneau, je me lie à toi pour le meilleur et pour le pire. Par cet anneau tu deviens mon épouse et je deviens ton mari. Par cet anneau tu es mienne et je suis tien. Par cet anneau nous ne formons plus qu’un. Qu’il soit le symbole de notre amour !

Alors j'attirai Miss vers moi et déposais un tendre baiser sur ses lèvres. Ne la quittant pas des yeux, je lui murmurai un ...
je t'aime, en lui souriant les yeux brillants.

Nous étions désormais unis pour l'éternité.
Lavatar a écrit:
Lavatar ne put s'empêcher de hurler sa joie et d'applaudir en riant !

— Longue vie aux mariéééééés !!! Vive Missanges ! Vive Viken !!! YYYYYYAAAAAAAAAH !!!!!

Il attendit que la famille les félicite et fit la queue pour les embrasser à son tour..
Missanges a écrit:
Je sentis l’anneau de Viken glisser sur mon doigt.

Puis la voix de Mimilia résonna encore plus claire, plus forte

Je vous déclare Mari et Femme.

Me regardant tendrement ses mains m’attirèrent et un long baiser scella cette union. Me tournant vers Mimilia en souriant je la remerciai pour cette cérémonie pour toutes ces paroles prononcées, pour toutes celles qui étaient restées en suspens mais que seul les vrais amis avaient su comprendre.

J'entendis le cri de Lav et l'embrassa sincérement contente de le voir merci mon ami

Viken me prit le bras, lentement nous nous dirigeâmes vers la sortie. Les amis étaient là sur le parvis et lentement heureuse je lançai mon bouquet. Tournoyant quelques instants il tomba dans les bras de mère Stéfanouch…



Blotus1er a écrit:
Voilà, c'était fait, ils étaient mariés ! blotus se surprit à verser une larme. il l'essuya bien vite et reprit à son tour "un vive les mariés" qui traversa la primatiale .

il se posta ensuite sur le parvis, les mariés apparurent. ils etaient radieux. Alors Miss lança son bouquet, blotus observa, amusé, la trajectoire qui finit sa course dans les mains de Stefanouch. Décidément les voix d'Aristote étaient impénétrables !!!
Lauralyne a écrit:
Laly, avec ses enfants, assistait au mariage de Missanges et Viken. Ils étaient beaux et échangeaient leurs voeux.
Les enfants restaient calmes.
Valeyriane a écrit:
je vous déclare mari et femme
quand val entendit çà elle fût émue et pleura heureuse pour miss et vik.
Elle sera la main de wari très fortement et le regarda
Anastriana a écrit:
"Non Catherine, je ne peux pas y aller sans MA robe! Tu étais là quand je l'ai essayée dans l'atelier de Lallie! Tu m'as aidée à l'enfiler! Elle ne peut pas avoir disparu ainsi!!"

La duchesse du rohannais, est furieuse. Sa dernière commande, une robe absolument superbe, une perle parmi les dernières créations des plus grands couturiers en vogue du moment, s'était apparemment volatilisée.

Le fait est que cette robe a en fait été volée***. Par une cousine d'Ana, un comble! Et cette dernière ne pourrait jamais se douter de l'auteur du crime. Pensez donc, la propre fille du Cardinal Camerlingue... Si ça se savait... Une noble bretonne en plus.

Toujours est-il que pour le moment, c'est Catherine, la suivante d'Ana, qui en subit les conséquences.


"C'est quand même incroyable de réussir à égarer un colis! Il n'y avait qu'à le mettre dans la voiture qui m'attendait à la sortie de l'atelier de Lallie, puis de le ranger une fois rentrés à Rosclédan. Rien qui ne demande une intelligence supérieure!"

Ana tourne en rond, vocifère, peste, s'époumone, et tout le manoir profite de sa voix de militaire habituée à diriger toute une armée. Autant dire que la brune a un certain coffre.

"Donc si je résume la situation, je n'ai rien à me mettre... Je dois me rendre au mariage de la petite Roxanne, et je ne peux rien me mettre de correct sur le dos. Formidable, tout va bien!"

Sa main droite vient soudain se coller à sa bouche, tandis que la gauche s'agrippe à une chaise proche... Signes d'une nausée et d'un étourdissement. Catherine, qui jusqu'ici laissait silencieusement la colère de sa maitresse se passer, intervient, anxieuse.

"Madame, prenez un siège, et essayez de vous calmer. Vous mettre dans un tel état vous rend malade, vous le savez. Et ce n'est pas bon, ni pour vous, ni pour votre enfant."

Ana lance un regard noir à celle qu'elle apprécie pourtant énormément, mais elle est à prendre avec des pincettes, ce matin.

"Je te remercie pour ta sollicitude mais je suis assez grande pour savoir ce que j'ai à faire. Tu emploieras l'impératif avec d'autres, mais pas avec celle que tu sers, vu?"

[i]Catherine encaisse sans broncher, elle sait qu'Ana ne pense pas un mot de ce qu'elle dit. Mais elle n'en reste pas moins angoissée pour la santé de la duchesse. Lorsqu'elle dit n'importe quoi, des choses qui ne lui ressemblent guère, c'est qu'ajouté à la colère, la douleur obscurcit ses paroles. Ce qui signifie qu'elle a de légères contractions, voir des hémorragies.

Sans mot dire, elle avance une chaise derrière Ana, la laisse s'asseoir, et sort une saie de cérémonie blanche. Le mystère de la robe rouge disparue devra être élucidé, en attendant, autant que la duchesse se vêtisse de l'habit qu'elle devait mettre pour la bénédiction druidique des deux futurs mariés.
Toujours silencieuse, elle installe tout ce qu'il faut à la duchesse pour qu'elle s'habille, puis sort, sans rien ajouter. Laissant la brune ruminer en silence. Elle sait que c'est bien plus la douleur et la peur de perdre son enfant qui parlent, plus que la colère d'avoir perdu une robe. Bien que celle-ci lui ayant tout de même coûté les yeux de la tête, il serait bon de la retrouver.
........................
Bien plus tard dans la matinée, Ana, après avoir avalé quelques fortifiants, et une dose de cheval d'un remède antalgique, entre dans l'église, dans une tenue peu coutumière de l'endroit. Sa saie de cérémonie glisse sur le sol. Digne, elle resplendit finalement de sa beauté et de sa grâce naturelle, dans cet habit des plus simples.
Son teint blanc colle plutôt bien à son habit, la noirceur de ses cheveux, accentuant la pâleur de sa peau de nâcre.

Elle prend place dans les rangs, d'abord elle doit assister au mariage de Missanges. Un mariage simple, sans chichis, qui voit s'unir une jeune fille dont elle admirera toujours la gentillesse unique au monde, la simplicité, et la force tranquille. Un granit solide se cache assurément derrière la façade apparemment peu assurée de Missanges. Une jeune femme pleine de bonté.

Un peu en retard, comme à son habitude, arrive Bioul, son amant, le Baron de Trebeurden. Il vient se positionner à ses côtés.

Après avoir salué la jeune mariée et son époux, qu'elle n'a pas la joie de connaitre, elle rejoint les bancs réservés à la famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manoir.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mariage de Missanges et Viken ( 14 avril 1459 )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mariage de Missanges et Viken ( 14 avril 1459 )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: