AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 joute en gascogne

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 937
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: joute en gascogne   Dim 29 Avr - 10:59





Citation :
Dacien de Chenot, Seigneur de Longefoy
affronte
Missanges, Duchesse de Blanquefort



Pénètrent à présent sur le champ clos le Seigneur de Longefoy et la Duchesse de Blanquefort. C'est un salut de l'arbitre qui les accueille à leur entrée en lice, puis le signal du départ est donné une fois qu'ils sont prêts.

Les deux concurrents montrent d'emblée qu'ils veulent en découdre, les visées sont précises et le choc violent. Ils brisent tous deux le bois et sous l'impact, sont éjectés de leur étriers et viennent goûter le sable de la lice.
Le Seigneur met un peu de temps à se relever, portant la main à sa poitrine (blessure légère).

S'étant assurée qu'ils souhaitent continuer, Aliénor fait porter les épées et rappelle les règles


Etant tombés sans pouvoir être départagés au nombre de bris de lance, vous allez devoir vous affronter à l'épée. Le vainqueur sera celui qui posera quatre touches ou provoquera l'abandon de son adversaire.
Votre Grâce, Messire... engagez !


Et de se reculer, signal donné.
L'initiative vient de la Duchesse, qui touche le Seigneur à trois reprises sans le blesser. Les deux duellistes tentent alors une nouvelle attaque, qui peut être décisive pour la Duchesse si elle touche encore. Mais le Seigneur ne semble pas décidé à se laisser faire et réagit, enchaînant à son tour les touches gagnantes, une fois, deux fois, trois fois.
Ils sont maintenant à égalité et se remettent en place pour le point décisif, celui qui désignera le vainqueur. Ils s'élancent une fois encore, mais c'est le Seigneur qui y met le plus de vigueur, sa lame venant frapper la Duchesse, sans dommage.


Par quatre touches à trois, Dacien de Chenot est déclaré vainqueur !

Citation :
Quelques jouteurs avaient pris place dans l’arène et il fallut attendre de refaire la piste avant d’entrer.
Au premier passage de ma jument afin de saluer l’arbitre et la tribune, ce sable presque parfait fut à nouveau sans dessus dessous. C’était un éternel recommencement.
Chacun après s’être salué engagea la partie. Ma jument semblait nerveuse mais mon bras ne trembla pas.
Ma lance s’immobilisa un instant touchant l’adversaire  avant de partir en allumettes dans les airs.
Le face à face fut violent, le choc terrible m’envoyant valdinguer dans les airs pour finalement venir goûter les grains de terre.
L’adversaire était coriace ! Cependant sa main à sa poitrine témoignait d’une douleur.
Comme je m’avançais pour lui porter aide, je compris sa volonté de continuer.
L’épée !  
La lame allait nous départager. Quatre touches, c’est si vite dit…

L’arbitre recule, donne le feu vert, faut y aller. Experte peut être pas encore, mais la Miss sait au vu de ses expériences des dernières  joutes, qu’il faut qu’elle frappe en premier.
Aussi elle attaque sans relache, sans faiblir. Encore et encore. Trois touches c’est fait ! Le match est plié.
La dernière passe va venir conclure…
Mais c’est au moment où tout semble acquis, que tout commence en fait.
L’adversaire ne semble pas décidé à se laisser faire et dans un sursaut de fierté ou bien m’a t-il laissé m épuiser pour mieux attaquer. Ses trois passes sont gagnantes.
Qui va marquer le dernier point le point décisif !

Et l’homme montre sa force, sa dernière passe nous départageant.

L’arbitre annonce


Par quatre touches à trois, Dacien de Chenot est déclaré vainqueur !


Je tends ma main vers mon adversaire.

Félicitation messire voilà un beau combat. Bonne continuation


CAMPEMENT



Dans un temps peu lointain, ils étaient en Gascogne mais pour une, toute autre raison.

Aujourd’hui ils faisaient le déplacement pour un tournoi équestre et chacun avait préparé ses malles.
La Miss persuadée d’avoir oublié un élément vital énumérait en silence toute sa panoplie regardant de temps à autre son barbu qui lui était tout tranquille.
Elle se retient de rire devant cet air tout serein, car cela pouvait être trompeur. En effet la Miss pouvait très bien lui avoir laissé une malle de côté…

Cela faisait déjà un petit moment, que tout était chargé mais le cocher attendait. Quoi je vous le demande, aussi mes lèvres s’approchèrent d’une oreille de Jeroen pour murmurer

Il faudrait se mettre en route Jeroen

Son visage sembla s’illuminer, attendait-il ce moment ? Sans aucun doute…


Vous ne donnez pas l’adresse ma douce …


Saletéééééééééé…


C’est devenu votre domaine, faut pas déconner je ne vais pas toujours tout faire


Et dans un rire sonore il donna quelques consignes au cocher qui partit subitement.

Le silence se fit et lorsque le véhicule stoppa sa route, nous étions au milieu de rien. Pas une tente, rien. Je me frottais les mains, savourant d’avance le retour de bâton pour la dernière fois.


Vous êtes sûr que cela soit ici, il n’y a aucune tente, pas un chat. Une erreur d'adresse ? Vous avez perdu votre sens d’orientation…

C’est à ce moment là, que mes yeux tombèrent sur l’écriteau ‘campements des jouteurs’. Et zut… Il n’allait pas me louper…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manoir.actifforum.com
 
joute en gascogne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Tournois équestres Joutes! :: joute 1466-
Sauter vers: