AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un bureau ordinaire …Celui du Prévôt ….( 12 février 1463)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 618
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Un bureau ordinaire …Celui du Prévôt ….( 12 février 1463)   Dim 1 Mar - 19:53

Missanges a écrit:
11 Janvier 1463.

Les élections venaient de se terminer et lentement les membres des deux stands quittèrent la scène laissant la place aux plus jeunes. En effet, des gamins en culottes courtes couraient dans tous les sens, chapardant en riant le bois ayant servi aux estrades politiques. Ces planches seraient sans doute utilisées dans un autre but. Elles crépiteraient tout autant mais elles rendraient en contre partie une touche de chaleur dans l’âtre d’une cheminée au sein d’un milieu bien modeste.
Mais, ne sous estimons pas pour autant, la créativité enfantine…

Les douze membres élus durent se ranger en file indienne attendant le fameux sésame pour entrer dans les bureaux du conseil. Alors que mon ventre était à l’apogée de sa famine, des cris masculins s’élevèrent dans les rangs couvrant de ce fait les remous de mon estomac. Un ras bol d’attendre sans aucun doute. C’est que parfois le peuple peut passer de longues journées à attendre le saint esprit….
Mais dans ce cas présent, c’était les conseillers comtaux qui poireautaient et selon un organisme très sérieux enquêtant auprès de la population languedocienne, les femmes seraient plus patientes que les hommes…
Il devait être midi, lorsqu’un petit bonhomme vint nous remettre à chacun une clé étincelante. Tandis que mes iris fixaient l’alliage doré, mes pensées s’envolèrent.
Sérieux elle était en or ? Le pognon du Comté passait dans des conneries ?...

Poussée par l’armée des douze singes en devenir, je secouais mon esprit essayant d’oublier la matière de cette clé, que je mis dans ma poche. Mon regard se porta avec plus d’attention sur les salles se dévoilant à mesure de notre avancement. De grands tableaux affichaient le portrait de chaque Comtesse et Comte ayant exercé la suprême fonction. La décoloration produite par les siècles était grande sur certain visage, mais par souci d’équité je me fis violence afin de ne pas évoquer un nom.
Un homme nous salua, nous invitant à le suivre et après un dédalle interminable de couloirs et de portes, nous fûmes reçu dans une salle à faire tourner les têtes tant la décoration raffinée était d’un goût exquis. En même temps t’es pas dans la maison du tartempion du coin. T’es dans une salle du château.

Et la partie s’engagea, les propositions fusèrent …

Deux jours ! Il fallut deux jours, ni plus ni moins pour reconnaître la comtesse Christina.

Les fonctions commencèrent…
Missanges a écrit:
13 Janvier 1463.

Nous passâmes alors dans nos quartiers. La salle du conseil !
La pièce dans laquelle nous venions d’entrer était très grande et très haute avec la particularité d’être toute ronde. Un bureau central, modèle imposant du meilleur ébéniste, révélait sans aucun doute aux conseillers présents, le popotin qui allait l’assiéger.
Afin de parfaire harmonieusement cette circonférence, onze bureaux à égale distance tournaient autour de ce trône.
Dans cette forme innovatrice de disposition, chaque personne avait ainsi son espace de travail et pouvait prendre part collectivement aux sujets abordés.

Chaque conseiller rejoignit sa table de travail désignée


La tache de bailli fut octroyée à Kikimonmor qui mettait pour la première fois les pieds dans un Conseil Comtal.
Amberone était elle aussi à son premier Conseil Comtal et elle fut Porte-Parole. Il est de vérité de dire qu’elle ne fut pas nommée immédiatement, le temps de prendre ses marques.
Lys_charlotte fut Commissaire aux Commerces
Andréa Commissaire aux mines
Scipion Procureur
Estuardo Juge
Capitaine :
Arcadhias Connétable
Je pris la fonction de Prévôt.
Lucrezia assistante au pôle économique.
Virgile_rollon assistant au pôle justice
Lephil

Je ne compris cependant pas pourquoi avec deux conseillers sans poste, la fonction de Capitaine ne fut pas attribuée. Je pris cependant des notes afin d’ouvrir un éventuel registre détaillé sur les Conseils Comtaux.

Et les aiguilles de l’horloge se mirent en route…
La table du capitaine et celle du juge restèrent vides. Ses deux gredins avaient rejoins dans le plus grand silence un autre compère Lephil qui pour son cas avait perdu totalement le fil du Conseil Comtal !
Il est vrai que le dédalle interminable de couloirs et de portes avait laissé entrevoir la cave du château.

J’avais exercé la fonction de prévôt dans un autre Comté, plus précisément Duché, il fallait seulement se remettre dans le bain. Tu parles d’un bordel…
Le petit bonhomme avait du tomber amoureux de ma personne ou bien il aimait particulièrement ma couleur de cheveux car il ne connaissait que le trajet allant à mon bureau. C'est tout de même extraordinaire que sur les onze conseillers que nous sommes, il n’arrête pas de venir me porter des adresses.


- Alors, vous devez vous présenter dans chaque mairie du Comté afin d’ouvrir une discussion. Vous voyez le truc, genre relation maire et prévôt !

- Oui, je vois le truc je vais me taper neuf villes !

- Ben fallait prendre conseiller sans poste cocotte ! Après, faut vous présenter à la porte du Grand Office de la Défense Languedocienne.
Pour faire court l’Ost ! C’est dans ces locaux que vous allez gérer les maréchaux.


- En fonction des disponibilités des maréchaux, vous devez établir le roulement de la semaine à venir.
Pour faire court, qui sera de garde tel jour. Vous suivez…


- Ensuite il existe deux registres que vous devez tenir à jours.
- Un pour le rapport centralisé qui résume de l’activité de vos maréchaux et l’autre le registre des soldes.
Pour faire court, on paye uniquement ceux qui bossent.


- Vous devez regarder tous les rapports de la douane pour savoir qui se trouve dans chaque ville du Languedoc. Ensuite vous donnerez vos ordres afin que chaque garde soit prise.
Pour faire court s’il y a un problème c’est pour votre pomme ! C’est clair ??


Un cauchemar, je faisais un cauchemar et j’allais me réveiller. Mon esprit s’agitait ressassant sans cesse les paroles de cet homme. Le mot bureau revenait interminablement s’incrustant dans les méandres de mon cerveau. En quelques minutes je cataloguais cet énergumène comme affreux, répugnant… Sans déconner nous étions onze conseillers et c’est moi qu’il choisit !! Sérieux, il le sait que je dois battre Bea et Joss au ramp le soir !! Avec une charge de travail comme celle-là ce n’est pas demain que je vais y arriver…
Un regard furtif aux autres conseillers pour savoir s’ils avaient autant de boulot. Un léger sourire se dessinât sur mes lèvres en voyant qu’ils en avaient tout autant. M’enfin certains sont dans la cave…

- Dites vous avez compris, c’est pas le moment de rêver…

- Oui j’ai compris pas la peine de me bousculer. Vous voulez que je vous dise
Pour faire court, vous m’agacez déjà !!
Missanges a écrit:
15 Janvier... 20 Janvier

Le coude sur le bureau je me remémorais les dernières phrases dans l’autre pièce, la salle des élections.

"Si tu te sens capable de cumuler les postes de Prévost et de Porte Parole, je n'y vois pas d'inconvénient puisque Amberone préfère être sans poste attribué dans l'immédiat pour apprendre. "

"Oui je le ferais pour débloquer la situation, mais pas pour les deux mois à venir faut pas déconner non plus. Je ne trouve pas cela normal. Les conseillers sans postes sont là pour pallier à cela tout comme ce n'est pas normal que des conseillers élus ne s'expriment pas. Lorsque nous nous engageons sur une liste nous savons que notre préférence de fonction peut être mise sur le tapis et de ce fait il faut être modulable. "

C’est ainsi le temps que j’explique à Amberone chez moi, les fonctions du Porte-parole, je rédigeais un brouillon de la composition du Conseil afin d’informer les Languedociens. Après quatre jours de nos prises de fonction, cela me semblait être une bonne cohérence. Mais la Comtesse préféra attendre d’avoir sa reconnaissance en tant que Comtesse avant de publier cette composition. Manière de faire tout à fait compréhensible. Ce n’est pas comme si tu veux que tout soit publié en temps et en heure !

* Genre, quand les maires sont élus, il faut les féliciter le jour même.

Non nous savons tous ici que ce temporel à ses exigences…

Quoiqu’il en soit ! La composition du dit Conseil ce fit un 20 janvier toujours dans l’attente de la reconnaissance de notre Comtesse. Mais je notais tout de même le trait finement joué dans cette composition.
En effet, je constatais que le capitaine était entré en jeu suite aux démissions de Lephil et d’Estuardo
Tout cela, sans aucun remaniement du conseil et sans publication de démission.

Mince mais ils sont où ? Sont toujours à picoler dans la cave !

Et bien non ! Le gouvernement du Comté est formel


Citation :
o Expéditeur : Le gouvernement du Comté
o Date d'envoi : 19/01/1463 - 10:03:22
o Titre : Démission de Lephil
o Lephil vient de mettre fin à ses fonctions au sein du Comté du Languedoc

Conformément à la loi, il a été remplacé par Jorocket qui prend ses fonctions aujourd'hui même.
Citation :

o Expéditeur : Le gouvernement du Comté
o Date d'envoi : 20/01/1463 - 03:46:57
o Titre : Démission de Estuardo
o Estuardo vient de mettre fin à ses fonctions au sein du Comté du Languedoc

Conformément à la loi, il a été remplacé par Lephil qui prend ses fonctions aujourd'hui même.

Je notais une fois de plus que Lephil devait aimer les caves du château…
Mais une chose titillait mon esprit. La Comtesse posait toujours les annonces elle –même en place publique. Amber avait été nommée et pourtant elle faisait uniquement le relais aux médiateurs une fois l’annonce posée.


Soudain une voix se fit entendre

Si le prévôt pouvait passer en salle d'accostage pour valider les demandes en attentes, chaque jour !

Toutes les têtes se tournèrent dans ma direction tandis que je formulais des excuses pour cette lacune.
Sans déconner il y avait encore un bureau…
Mes iris se posèrent sur le bonhomme du départ, il affichait un sourire moqueur.

C’est dingue comme on peut avoir des envies de torture…



* Phrase modifiée à la demande de l'auteur.
Boulga a écrit:
De retour de Mende,en passant par le Lengadoc, Boulga fit porter un avis à dona Missanges, car durant son court voyage, du brigand, elle en avait croisé plus d'une fois, presque uniquement des visages totalement inconnus, soit qu'elle fût témoin d'agression, soit qu'elle en soit elle-même la victime.
Enfin, victime, c'était beaucoup dire, car cette fois-ci, malgré leur force, elle les avait bellement rossés.
Adoncques, elle faisait simplement porter un avis pour la prévôté.


[rp]De Boulga, de la Mesnie Irissarri
A la dona Prévôte et à ses maréchaux
ce 14 fevrier de 1463

Adissiatz dona,
le présent message n'est pas une doléance, mais un avis suite à la route que j'ai faite entre Mende et Montpelher, en passant par le Roergat.
J'ai d'abord assisté à une agression entre Lodève et Montpelher, il y a près d'une semaine à présent, un homme seul contre un autre homme seul, tous les deux m'étaient inconnus, hormis le fait que je crois pouvoir situer l'agressé comme un Lodévois déjà croisé là-bas. Quant à l'agresseur, la seule chose dont je me souvient est qu'il portait une cotte de maille et une barbe aussi noire que ses cheveux.
A mon retour, entre Mende et Espalion, j'ai été victime d'une attaque. Cette fois-ci, j'ai rossé les malandrins de belle façon, il faut croire que malgré leur aspect costaud et bien nourri, ils ont manqué d'intelligence. Voici leur description, car j'ai eu le temps de bien les considérer :
- Le premier homme était brun, imberbe, les cheveux plats, le visage bien plein comme quelqu'un qui se nourrit bien, vêtu comme un gueux avec pour seul luxe des chausses noires.
- Le second tout aussi bien nourri, les cheveux beaucoup plus courts, plus clairs, habillé de pied en cap de vêtements colorés bleus, avec des bas verts.
Comme le forfait a eu lieu en terres de Roergat, cela relève de leur juridiction, mais je ne saurais trop conseiller de rechercher parmi nos villageois des environs - en particulier de Mende - s'il ne s'y trouverait pas deux hommes pour répondre à cette description succinte.
Par ailleurs, totjorn dans le Roergat, entre Rodez et Millau, il y a deux jorns, j'ai croisé un groupe de quatre personnes parmi lesquels il me semble avoir reconnu des membres de la famille Black qui a pendant long de temps peuplé Nîmes et dont certains membres sont réputés pour leurs attaques de villes. Apparemment la prévôté du Roergat était sur le pied de guerre au moment où j'ai traversé le comté, peut-être auront-ils plus d'éléments que moi à vous fournir.

Je me tiens à disposition si vous souhaitez me voir et m'entendre directement.

Le TRès Haut vous garde
Boulga[/rp]
Missanges a écrit:
Ce fut un bruit sur le carreau qui me sortit de ma rêverie. Je le vis sur le rebord de la fenêtre me regardant d’un œil tendre. Son cou s’inclinait voulant sûrement me saluer. Sage au premier abord il donna vite du bec contre la vitre signe de son impatience.
J’ouvris le battant, il prit son temps pour venir poser ses pattes sur la dallage du bureau afin d’obtenir sa récompense. Tandis qu’il remplissait son estomac je défis le vélin attaché sur une de ses pattes.

Mes yeux firent lecture et je souris voyant le nom de l’expéditrice. Une femme attachante rencontrée en taverne un soir à Narbonne. Mon mari avait escorté Dame Boulga dans sa quête et moi j’avais passé une partie de la soirée à attendre un certain marchand pour un minuscule fragment de carte.

[rp]À Dame Boulga, de la Mesnie Irissarri,

Bien le Bonjour,

J’accuse réception de votre courrier.
Que vous soyez sur mer ou bien sur terre, vous vivez continuellement des aventures…
Je suis heureuse toutefois de constater que vous avez rossé ces brigands brillamment.

Je vais donc essayer de mener ma petite enquête mais sachez que pour instruire une plainte il faudrait de plus amples éléments.

Je vais tout de même porter vos renseignements dans un bureau adéquat.

Qu’Aristote puisse prendre soin de vous également

Bien cordialement

Missanges de Coëtivy
Prévôt du Languedoc.
Le 15 février 1463
[/rp]
Daisy.black. a écrit:
Puisce que s etait le bureau ordinaire du prévost..alors bureau ordinaire du prévost elle allait se pointer.
La brunette en avait croisée des imbéciles dans sa vie mais la s etait du haut niveau ..la creme de la creme.

Un poussage de porte..3 pas vers le bureau..agrippage d un courrier qui trainaillait..une lecture..un haussement de sourcil..relachement du torchon.
La crapulette se pencha legerement vers l avant et frappa d un violent coup de poingt sur le meuble


-Je demande a parler a la prévoteuse!
Missanges a écrit:
Le pigeon venait de prendre son envol, les yeux perdus vers ce ciel si bleu je le regardais devenir lentement un minuscule point.

Ce fut le bruit de la porte s’ouvrant, qui me fit tourner la tête vers celle-ci. Je crus un instant que le printemps était arrivé où bien que mon mari s’avançait un bouquet de lilas en main…C’est pas comme si ce n’était pas la fête des amoureux…
Je dis ça je dis rien…M’enfin…
C’était tout bonnement une femme en habit mauve et blanc se mouvant frénétiquement vers mon bureau. Elle avait l’air à l’aise et plus exactement effrontée se penchant au dessus de la pile de mon courrier lisant la dernière lettre posée.

Je la regardais sans bouger. Son impatience lui dicta de donner du poing sur la table.


-Je demande a parler a la prévoteuse!

Même pas peur ! Le dos contre la fenêtre, je regardais sereinement ce brin de lilas s’énerver tout en faisant signe aux gardes en faction de ne pas bouger.
Il est de ces privilèges lorsque nous sommes un Conseiller Comtal, qui consistent à avoir des hommes nous assurant une protection rapprochée aux formes très …très…
Bref passons !

Je pris la parole,


Le courrier vous intéresse ? Je ne suis pas contre une personne qui m’assiste dans les réponses.

Vous voulez parler à la prévoteuse comme vous dites, ben ça tombe bien c’est moi, que puis- je pour vous avant de vous envoyer en tôle pour lire un courrier confidentiel !


Oui c’est à la mode le comportement abusif….

Passage de main dans mes cheveux de feu parce que je le vaux biennnnn

Missanges a écrit:
Je faisais face à cette femme ayant donné du poing sur la table. Elle semblait réfléchir, nul doute qu’elle voyait ses dernières heures de liberté défiler devant ses yeux.
Fixant ses iris, attendant sa réponse, mes pensées remontèrent au conseil, à ce jour fatidique !


17 janvier

Une semaine s’était écoulée. Les méandres de mon cerveau avaient enregistré par coeur le trajet des différents bureaux et je m’y rendais aisément, prenant goût à ce travail de prévôt. Je comparais cette fonction à un jeu en vogue qui se répandait grandement chez nous. Il fallait avancer ses pions sur un échiquier, le but était d’infliger à son adversaire un échec et mat. Le soir dans mon bureau relisant les rapports de douane je mettais en scène des cavaliers sombres aux têtes affreuses contre nos beaux maréchaux.
T’ension le Languedocien est un super milicien !

Des ombres ondulantes à l’allure animale suivis par de hautes silhouettes massives. M’enfin les femmes étaient plus fines et plus élégantes cela va de soi…
La lune faisait étinceler les fers de lance et les épées. Les créneaux des remparts devenaient menaçant tandis que le bruit des bottes résonnait sur les dalles.
Rien n’était laissé au hasard tout était stratégique…

Ce matin du 17 janvier je pris comme d’habitude le chemin du Conseil un tantinet à la bourre. On peut être Conseiller Comtal tout en ayant son travail des champs, la gestion de la maison, à courir le plus vite possible chez le tisserand afin de ne pas voir la petite chemise dernier cri vous passez sous le nez…
Bref les femmes n’arrêtent jamais de courir…Si, si c’est prouvé

Franchissant l’entrée de notre salle, je le vis, toujours le même bonhomme. Sûr qu’il m’avait prise en grippe. Il m’attendait devant mon bureau un sourire encore plus grand que d’habitude. Dans ses mains s’agitait un vélin. Mes pensées se mirent en ébullition et je passais en détail toutes mes tâches. Bon sang, j’avais oublié quoi …
Mes iris essayaient de lire le bout de papier, on aurait dit une liste de course. Sérieux va pas me faire faire ses commissions lui, chui prévôt hein !!
Mon esprit semblait serein, tout était bon pour moi aussi je passais devant lui en le narguant un peu. Va pas me gonfler de bon matin…


- Mal dormi ? Faut changer de literie mon p’tit monsieur
- Non madame le prévôt j’ai bien dormi et je suis de bonne humeur, très bonne même en voyant le salaire des maréchaux ce matin.

Je le regardais un peu surprise. Il est bizarre ce gars depuis le début il m’agace.

- La paye vient d’être augmentée on va pas l’augmenter tous les jours non plus. Faut pas déconner. Dites pour la faire court, je ne suis pas à votre solde
- C’est cela mêêêême M’dame prévôt c’est au sujet des soldes. On paye uniquement ceux qui bossent !! Ce n’est pas faute de l’avoir dit !!

Je ne sus pourquoi, mais mon sourire taquin disparut tandis que je passais rapidement les noms des maréchaux de faction.
Qui n’avait pas pris la garde ?
Qui avait des enfants en bas âges ?
Qui avait joué au ramp tard le soir ?
Une multitude de questions passaient en tête. Mais le résultat était devant moi avec son sourire à la con…


- Ah !
- Il y a des jours ainsi, le soleil brille plus !

Tandis que ses pas s’éloignaient de mon bureau, mon visage faisait une moue derrière son dos. Mais vraiment sans le faire exprès !
Posant mon regard sur la liste je sentis le regard des conseillers. Faut pas se leurrer certains compatissent et d’autres se réjouissent. Si, si…


Ben voilà ! On y était !!

J’entendis l’affreuse voix masculine passer en boucle.


- Vous devez regarder chaque jour votre groupe et les actions entreprises. Défense de la ville on paye, rien foutu on vire, pas compliqué !

Et non ce n’était pas compliqué juste raté ! C’est toujours ainsi, tu penses que tout roule, que tu as pris l’habitude, que tu sais tout et paff tu sais rien !! Chaque jour est une leçon.

Je sortis les écus correspond à la somme perdue. Ils roulèrent sur le bureau du bailli mais il me les rendit.
L’erreur était humaine…
Missanges a écrit:
20 Janvier.

Dire, que tout était devenue routine, que je faisais maintenant ce travail les yeux fermés, n’aurait pas été l’exacte vérité. Prévôt était justement une fonction où tu te dois de garder tes mirettes bien ouvertes.
Les membres du Conseil travaillaient et la Comtesse aussi. À ce moment de mon esprit où ma pensée gambade, je pense honnêtement qu’elle avait foi dans sa fonction.

Nous étions ainsi chaque jour, les uns à côté des autres, membres d’un conseil qui n’arrivait pas à s’unifier. Il manquait un p’tit quelque chose pour…
Des discussions étaient ouvertes, des frictions s’engageaient. Quoi de plus naturel dans un conseil composé au départ de deux têtes de listes voulant le trône. Chacun veut essayer de passer les grandes lignes politiques de son programme convaincu que celui-ci était bien meilleur que l’autre...

C’est ainsi que ce jour là, le fin Arca, qui lui aussi avait oublié d’être bête entreprit son petit déménagement. La prévôté et la Connétablie seraient dans un endroit aux yeux de tous. M’enfin il faudrait une clé spéciale tout de même pour y avoir une vision. Faut pas déconner non plus, t’es tout de même au cœur de l’intelligence des renseignements !
C’est secret défense. Et si c’est secret, ben c’est secret c’est ainsi que je fus informée, lorsque tout fut opérationnel !!
Bien joué l’artiste sauf que la prévôt elle ne fait pas, dans les cinquante nuances en pastel ! Elle peut virer au rouge carmin !!
Ben la Miss, t’es au courant ! Tu voudrais te plaindre de quoi, Hein !!
Prévôté et Connétablie réunis ailleurs ce n’est pas la fin du monde, m’enfin je me sentais plutôt comme conne établie oui !!
Genre au pied du mur, forcing quoi ! C’est pas comme si une discussion avait été ouverte, un débat engagé, non c’est fait poulette et pas d’omelette !

M’enfin je fis entendre ma voix, sans déconner je ne fais pas dans le second rôle moi, je suis une actrice titulaire chui prévôt !! Namého !

Mais en tant que femme qui sait reconnaître ses torts. Si, si toujours selon le même organisme très sérieux, les femmes savent reconnaitre leurs erreurs…
Bref, je me gardais bien de lui dire, que chaque jour passant cette création était une belle initiative. Les rapports de douane étaient centralisés et grâce à ceux-ci, le connétable résumait la situation des villes notifiant ses degrés d’alerte. D’un seul coup d’œil je voyais qu’elle ville était en feu…
M’enfin, je ne dirais rien…

Parallèlement le bailli suggéra de faire une animation pour les mines. Encourager les languedociens à plonger dans les galeries afin d’extraire ces matériaux tant convoités. Les plus actifs donnèrent un avis et il me vint une idée. Le soir certaines personnes virent de la lumière au pain chaud, je planchais sur ce projet.
Le lendemain la Comtesse déposa une autre partie de son programme sur nos tables, demandant à tous qui était intéressé de faire son banquet pour les gueux !

Mes sourcils se haussèrent et mes pensées s’emballèrent une fois de plus. Me prennent vraiment pour une conne sérieux. Je commence à travailler sur un projet pour booster les mines et elle demande une autre animation.
C’est bien connu le Languedocien est vachement ponctuel aux animations…
Une cela passe encore, alors deux, bonjour les dégâts !!
Le rouge carmin faisant toujours effet, il booste l’adrénaline soit disant, mais je me fis violence pour déclarer tranquillement


-Je pensais faire un fil rouge, mais nous avons déjà un souci de ralliement en place publique pour les animations alors deux animations ce n'est même pas la peine d'y songer. Je cède la place au banquet pour les gueux.

Sérieux tu remues tes méninges pour trouver un truc sympa pouvant réunir le peuple et tranquille basile cela pose son programme. Programme PVC ben que PVC s’y colle !!

Et toc ! Moi aussi je sais faire de la politique ….Circulez y a rien à voir….
Missanges a écrit:
Et voilà on y était !
J’allais enfin pouvoir vérifier si ma connaissance de ce jeu était entière, si stratégiquement je pouvais faire un échec et mat, aux forces semblant nous défier. En effet le cœur des renseignements était en ébullition. Plusieurs groupes de personnes traînant derrière eux une sale réputation risquaient de passer notre frontière.
Cavaliers, maréchaux, miliciens, douaniers, volontaires se mirent en place afin de contrer toute éventuelle attaque. Le Languedoc était réuni comme il sait faire pour défendre ses terres. Les nouveaux soldats, épées en main repassèrent encore et encore la dernière passe, le coup mortel…

Ma vigilance de prévôt se renforça et je demandais à une jeune recrue de chez nous se trouvant dans la même ville que ces vilains, de surveiller leurs moindres faits et gestes.
La Compagnie Intelligente Armée était en œuvre !
De notre armée, j’avais choisie la plus folle des fourches. Celle-ci bravant tous les dangers les fit passer à table…Ayant appris la ruse, la Comtesse me rendit visite avant le coucher du soleil. Elle m’informa que tout ceci n’était pas de mon ressort. C’était défense extérieure et que ce n’était pas mon boulot ! M’enfin j’chui prévôt !
En deux trois paroles, mon chiffre fétiche de 007 passa de triple zéro et mes œufs d’esturgeons devinrent carottes. Comment elle détruisit ce soir là, mon rêve et l’envie d’avoir envie…
Le lendemain, la distance pour se rendre au conseil était toujours la même et pourtant je mis plus de temps. Mes pas furent plus lents…

C’est alors qu’Amber rédigea une annonce demandant l’aval de la Comtesse pour l’afficher mais c’était sans compter sur la rapidité de celle-ci.


Je répétais doucement et moqueusement les paroles de la Comtesse
"Amber, j’ai affiché en gargote, transmettez aux médiateurs, s’il vous plait"

Je ne sus ce qu’Amber répondit sans doute rien ne voulant pas faire de vague mais je bondis de ma chaise en disant

Je pense que faire les communiqués à la place du Porte-Parole déconsidère la fonction et la personne. Je pense qu’Amber peut faire cela et puis rien ne presse à afficher certaines annonces. Amber veut apprendre à nous de communiquer notre savoir faut apprendre aux jeunes, je ne suis pas pour rester dans un vase clos !

Je sentis tous les regards se tourner vers moi. Je me rendis compte que j’avais sans doute trop élevé la voix ce qui n’avait aucune importance pour moi. Mais dans le doute d’une éventuelle ambiguïté, je rajoutais

Je dis cela sans animosité juste parce que je trouve que cela n’est pas bien pour Amber.

C’était mon ressentie

Sérieux, si les maires sont félicités un ou deux jours après est ce si important. D’ailleurs pourquoi on les félicite eux ! Pour tenir une mairie ?
Alors pourquoi on félicite pas le fonctionnaire qui donne ses Points afin de faire tourner la dite mairie où le Comté.
Pourquoi on ne félicite pas l’universitaire qui vient d’obtenir son diplôme de marin et qui part affronter les lames de la mer pour chercher les denrées nécessaires au bien du pays ! Hein pourquoi !
Ben parce que cela fait du papier !
Si dans un conseil t’as rien à dire ben cela fait toujours des affiches… Si si calculons neuf maires, neuf félicitations et sur les deux mois dix huit vélins.
C’est des sauveteurs ces maires !!
Missanges a écrit:
Un léger bruit attira mon attention, il me sembla entendre voleter. Mes yeux firent le tour de la pièce s’arrêtant sur une bestiole. J’observais l’intruse qui sans politesse s’était invitée dans ce bureau. Une mouche affreusement velue qui remuait ses poils verdâtres. Mes doigts firent jouer la poignée de la fenêtre délivrant l’insecte. Mes yeux se perdirent sur son vol, tandis que les cris d’une foule en colère se faisaient entendre.

Reichsbulle… Prestige…Mines…

Le peuple posait des questions. Il demandait des réponses. Il sollicitait sa Comtesse !
Pourquoi ne pas se déplacer ? Pourquoi ne pas aller vers son peuple, pourquoi ne pas apaiser cette tension montante ? La Comtesse faisait fit de ses gens !

Au sein de ce conseil moi la "traitre" de la liste Durex ayant reconnue cette Comtesse, j’observais ! J’étais neutre, dictée uniquement par mes convictions et pour le bien être du Languedoc, sans aucun, a priori. Chaque jour depuis maintenant un mois, je voyais évoluer cette Comtesse dont le comportement montait en puissance, je ne savais que penser.
Tantôt sympathique, tantôt volcanique. Ange ou démon ?
Conseil autorisé à donner son avis mais quoiqu’il en soit, elle ferait comme bon lui semblerait.

Certains jours le manque de fonctionnaires se faisaient sentir. Le Languedoc manquait-il de ces hauts érudits ?
Je reçus une lettre demandant à chaque fonctionnaire de venir en place publique proposer son savoir, afin d’aider son Comté. La signature me laissa perplexe. Encore une fois le Porte-parole était laissé de côté. Aucune discussion sur cet envoi au sein du conseil. Un procédé bien étrange que demander à des amis de faire le travail du Porte - Parole, celui-ci à des outils bien spécifiques. J’observais sans dire un mot, cette abeille butinant solitairement afin d’œuvrer à sa façon pour son Comté. Car dans sa façon de faire je pense honnêtement qu’elle aime sa terre et les onze membres n’avaient été là, que pour asseoir son envie de pouvoir. Si les conseillers pensaient différemment ou bien n’allaient pas dans son sens et bien qu’importe, elle suivrait tout de même son idée !

Au plus haut de ma réflexion, je m’interrogeais sur cette personnalité à double facette. Se mettant toujours en avant effaçant des personnes tout aussi légitime qu’elle.
Voulait-elle faire voir qu’elle travaillait ? Personne n’en doutait ! Chacun sait que cette fonction requiert du temps et du travail.
Mais dans ce changement, sa façon de diriger avait aussi pris une autre proportion. Elle était devenue plus autoritaire. Dans une quête du pouvoir, la ligne du pouvoir absolue est bien mince. L’avait-elle franchie …
Car si on désire avoir la meilleure des soupes en étant reine des carottes, il faut aussi savoir respecter le plus petit des navets !
Missanges a écrit:
Cahin-caha, janvier s’écoula.

Il est d’usage au sein d’un conseil lorsqu’un mois se termine, que chaque conseiller résume en quelques mots son travail accompli. Nous déposâmes donc nos rédactions sur la grande table espérant obtenir la meilleure image du top conseiller. Soudain, la Comtesse afficha à nouveau une annonce, je m’insurgeais !
Encore un vélin de félicitation pour un maire, m’enfin Amber pouvait déposer cela. C’est ainsi qu’une discussion absurde prit cours. La Comtesse était claire sur ce fait !
L’annonce devait être déposée le jour même !
Ce n’est pas comme si le mec va faire 30 jours de mandat et qu’il n’a le temps de voir durant les jours à venir, son nom en haut de l’affiche !
Ce n’est pas comme si en début de mandat, au mois de janvier et précisément le 19, tu as félicité un maire élu le 13 janvier ou bien deux autres le 18 !
Non ! Au mois de février s’était décidé ! Il fallait que tout soit annoncé illico le jour même.

Un intense calcul se fit entre la Comtesse et Amber et les chiffres défilèrent. 29h12mn fusa ! L’histoire fera cadeau des secondes tout comme elle fera cadeau de commenter qu’il vaut peut être mieux une personne active un peu lente de 29 h 12mn, qu’une personne perdue depuis le début dans les caves.
Sans déconner faut le voir pour le croire et sur ce, la reine mère fila en place publique déposer une autre annonce demandant la démission d’Amber.
Moi je pense que, depuis le début, elle aurait du faire Porte-Parole cette fille là, elle est terrible !!!

Citation :
Notre porte parole, Mestra Amberone, à qui j'ai donné sa chance en l'aidant sans détour, mais qui après un mois de mandat est dans l'incapacité de rédiger une annonce en moins de 29h12mn selon ses dires alors que j'avais signifié deux jours, et qu'elle n'a pas le temps de rédiger une annonce pour féliciter un nouveau Maire mais assez pour faire un calcul minutieux...

Devant son non respect, face à la Comtesse que je suis, j'ai décidé de la révoquer et j'attends fermement sa démission, vu qu'elle a démontré son incapacité à gérer sa mairie et cumuler une fonction comtale.

Je regardais la dernière phrase, ‘la Comtesse que je suis’, bientôt cela serait son conseil et dans quelques jours on va être ses légumes !
Je me souviens avoir dit alors

"Douze conseillers, Douze différents avis. M’enfin en calculant bien et en ôtant la Comtesse reste onze conseillers.
Dans tous les conseils il y a de rires et des prises de gueules. Mais je pense qu’une Comtesse doit être au dessus de tout et gardez la tête froide afin de gérer son pays. Afficher cela est petit. Les Languedociens n’ont pas à prendre en chargent les disputes au sein du conseil. Mais je savais que je parlais dans le vide.

La Comtesse avait demandé sa démission et Amber posa celle-ci.

Citation :
o Expéditeur : Le gouvernement du Comté
o Date d'envoi : 10/02/1463 - 11:01:47
o Titre : Démission de Amberone
o Amberone vient de mettre fin à ses fonctions au sein du Comté du Languedoc

Conformément à la loi, il a été remplacé par Clemee qui prend ses fonctions aujourd'hui même

Je me souviens avoir été en colère après moi ce jour là. De ne pas avoir eu le temps de dire à Amber de ne pas démissionner. Amber était à son premier conseil et mettre un pied dans le milieu politique n’est pas toujours facile.

Le lendemain ce fut le bailli, kiki, qui fit une mise au point. Il avait voulu voir, et il avait vu ! Il donna cependant un laps de temps de trois jours afin de trouver un remplaçant.

Durant ces trois jours je me souvins de ce silence qui régnait au sein du conseil. Je me souvins avoir eu moi aussi envie de démissionner. Mais, je ne travaillais pas pour cette femme, je travaillais pour mon Comté et pour les 38.7% d’électeurs, qu’on oubliait souvent de citer. De toute façon, tout cela était une bien petite once de pénibilité de ce que j’avais vécu lors de mon premier conseil.
En même temps, tu fais le pire conseil en premier et après tu es blindé…L’histoire ne fera pas de commentaire si le blindage est à vie…

Trois jours après Kiki démissionna


Citation :
o Expéditeur : Le gouvernement du Comté
o Date d'envoi : 13/02/1463 - 19:19:28
o Titre : Démission de Kikimonmor
o Kikimonmor vient de mettre fin à ses fonctions au sein du Comté du Languedoc

Conformément à la loi, il a été remplacé par Estuardo qui prend ses fonctions aujourd'hui même.

Clemee ne trouva que plus tard le chemin du conseil et pour cause le pigeon cherchait une Esmée.
Et Estuardo retourna dans la cave…
Missanges a écrit:
Pour un grand ménage, c’était du grand ménage !
Même que plus blanc que blanc c’est transparent ! A ce rythme là, il n’allait pas rester grand monde. Je faisais rapidement le calcul.

Bailli
Porte-Parole
Commissaire aux Commerces Lys_charlotte
Commissaire aux mines
Procureur Scipion
Connétable Arcadhias
Prévôt moi
Juge Virgile_rollon
Capitaine : Jorocket
Andrea
Clemee
Lucrezia
Lephil
Estuardo

Il y avait presque plus de monde dans la cave qu’au sein du conseil. C’était à rire ou bien à pleurer.

Le 12 février, la Comtesse passa Lephil à la fonction de Porte-Parole. Ce fut encore un grand moment dans la façon de procéder. En effet Lephil n’était pas contre le fait, de poser des affiches, il était seulement contre de quitter sa cave. C’est ainsi que la Comtesse et lui trouvèrent un arrangement. De la fenêtre du conseil, la Comtesse lui transmettrait un parchemin qu’il irait ensuite annoncer et le capitaine ferait de l’intérim à la fonction de bailli. Je ne me souviens plus qui fit Commissaire aux mines, peut être jorocket aussi.
L’est pas innovant ce conseil !! Innovation ou bien comment garder le contrôle des affiches !

Ce fut au tour de Lucrezia de poser une question sur la Reichbulle faisant sa bulle du jour. Ce fut encore un grand moment. La Comtesse dont les hormones devaient être au taquet continua son mode Pitt bull.
Suite à cet échange verbal, Lucrezia posa sa démission.


Citation :
o Expéditeur : Le gouvernement du Comté
o Date d'envoi : 15/02/1463 - 14:46:01
o Titre : Démission de Lucrezia.
o Lucrezia. vient de mettre fin à ses fonctions au sein du Comté du Languedoc

Conformément à la loi, il a été remplacé par Souvenir qui prend ses fonctions aujourd'hui même.

J’espérais que la venue du maire de Nîmes, Souvenir, aiderait grâce à sa bonne humeur légendaire à redonner un peu de gaieté aux membres épuisés moralement.

Le 19 février une armée sélectionnée en deux parties du nom Select2, renversa le conseil et instaura un conseil de régence. Nous étions à la porte !
Une panique se répandit devant le château. Une marée humaine se formait, des gens se cognaient les uns aux autres sans faire attention aux plus jeunes qui tombaient sur les pavés. Chacun voulait être aux premières loges afin de saisir l’information.

Les rayons de soleil dardaient sur les cotes de mailles des soldats qui intransigeants ne laissèrent passer que les nouveaux conseillers.
Soudain une main se posa violement sur mon bras, mes iris s’arrêtèrent sur le petit bonhomme du début,

-Alors la rouquine, tu pensais partir avec ma clé !

Sa paume s’ouvrit attendant l’alliage doré tandis qu’un rictus lui déformait le visage, m’enfin il n’avait jamais été beau cet homme là ! Je rendis ma clé sans rien ajouter.
L’histoire était en route, l’histoire était écrite.
Raison ou tort une seule chose était sûre, février reste toujours le mois le plus court…



Fin


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manoir.actifforum.com
 
Un bureau ordinaire …Celui du Prévôt ….( 12 février 1463)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bureau du maire
» Inauguration du Bureau Haitien du Droit d'Auteur
» Une patrouille presque ordinaire [PV:Naïla]
» [Yuki] ... Comme celui qui conquit la toison...
» Le bureau des assignations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: NARBONNE !! :: Politique Conseil-
Sauter vers: